Depuis plusieurs jours, le patron de Tesla est accusé d’avoir induit les investisseurs en erreur lorsqu’il annonçait la sortie de l’entreprise en bourse. Face à ces poursuites, Elon Musk a conclu un accord à l’amiable conduisant à sa démission au poste de président du conseil d’administration.

En août dernier, Elon Musk annonçait sur Twitter qu’il allait procéder au retrait de Tesla en bourse, en affirmant que le financement était sécurisé pour l’opération. Une annonce qui n’a guère plu au gendarme de la bourse américaine (SEC) qui a décidé de poursuivre le fantasque PDG en justice.

Celui-ci affirme dans sa plainte que “les affirmations fausses et trompeuses, ainsi que les omissions d’Elon Musk, ont créé une confusion importante et une perturbation du marché qui ont causé du tort aux investisseurs“.

Elon Musk et le SEC sont finalement parvenus à un accord à l’amiable pour mettre fin à ces poursuites mais celui-ci coûte cher au patron de Tesla. Elon Musk devra quitter la présidence du conseil d’administration du constructeur automobile et devra verser 20 millions de dollars d’amende, tout comme Tesla.

Mais Elon Musk ne quitte pas pour autant la firme qu’il a fondée, il garde son poste de PDG et, en cette qualité, restera responsable des opérations. L’accord impose à Tesla la nomination de deux directeurs indépendants au conseil d’administration, l’un d’entre eux prendra la présidence. Elon Musk sera privé de la présidence du CA pendant une période de trois ans.

De cette manière, le SEC entend s’assurer que le milliardaire soit mieux entouré et sa communication mieux maîtrisée.