Après l’annonce des Z6 et Z7 de Nikon, puis l’EOS R de Canon, Panasonic a emboîté le pas avec la présentation de ses deux hybrides plein format à l’occasion de la Photokina, les S1R et S1. Fujifilm place la barre un cran au-dessus et annonce aujourd’hui les GFX 50R et 100, deux appareils hybrides moyen format.

Contrairement à ses concurrents, Fujifilm n’hésite pas à miser sur un imposant capteur pour des appareils qui se veulent plus compacts. Le fabricant japonais titille ses rivaux en ouvrant la voie au “Super full frame” chez les appareils hybrides (le moyen format faisant référence à des appareils dont le capteur dépasse 24 x 36 mm, NDLR).

Le GFX 50R succède au GFX 50S sorti l’an dernier et offre une résolution de 51,4 millions de pixels avec un capteur de 33 x 44 mm dans un boîtier de 775 grammes, soit 145 de moins que son prédécesseur. La réduction du boîtier se fait au détriment de l’écran de contrôle sur le dessus de l’appareil. Le GFX 50R sera disponible dès le mois de novembre au prix de 4499€.

L’hybride de tous les records

Présenté à la même occasion, son cousin le GFX-100 mise plutôt sur la résolution, le capteur permettant de produire des clichés de 102 millions de pixels. Malgré l’absence de miroir, le GFX-100 sera nettement plus imposant.

Le GFX-100 étant encore en cours de développement, Fujifilm n’a pas dévoilé beaucoup de ses secrets, mais on sait d’ores et déjà qu’il s’agira du premier appareil hybride à capteur stabilisé et du premier à supporter la vidéo en 4K. Le GFX-100 ne sera pas commercialisé avant 2019 et affichera un prix aussi imposant que sa résolution : 10.000€ au compteur. Certes, onéreux; mais pas tant que ça pour un appareil moyen format destiné à des professionnels qui doivent parfois investir dans des boîtiers deux à trois fois plus coûteux.