L’histoire écrite par Antoine de Saint-Exupéry va être une nouvelle fois traduite et publiée dans une langue un peu particulière, le Klingon, tout droit sorti de l’univers de Star Trek.

Les amateurs de la série de Stark Trek et de littérature vont être ravis en apprenant cette nouvelle. Ils vont pouvoir relire les aventures du Petit Prince en associant un aspect de leur série préférée, le klingon. Le choix de traduire l’œuvre de Saint-Exupéry n’est pas anodin puisqu’elle est l’histoire la plus traduite au monde, après la Bible, avec près de 300 traductions. Une œuvre à destination des plus petits, mais qui continue de charmer les plus grands pour son contenu philosophique.

Au mois d’octobre, Le Petit Prince va pouvoir compter une nouvelle particularité puisqu’il fera partie des rares bouquins à être entièrement traduits dans la langue fictive qu’est le Klingon. Cette nouvelle publication sera double : d’un côté, le texte en Klingon, de l’autre, en allemand. À noter que la traduction en langue allemande sera faite à partir du texte Klingon, de quoi permettre une meilleure comparaison et compréhension du texte pour les amateurs de langues germaniques et de l’univers de Stark Trek.

Celui qui s’est occupé de la traduction n’est pas n’importe qui. Lieven L. Litaer, un Belge expatrié en Allemagne, n’est autre que celui qui s’était chargé de sous-titrer la série Stark trek en Klingon pour Netflix. L’homme est un grand amateur de cet univers et de cette langue, il donne d’ailleurs des cours de Klingon sur YouTube. Il est également possible d’avoir un aperçu du deuxième chapitre de « Ta’puq mach » – Le Petit Prince – sur sa chaîne.

Bien que fictif, le Klingon repose sur une grammaire, une phonétique et un vocabulaire propre, inspiré des langues amérindiennes. Parlée par les célèbres personnages du capitaine Kirk et Spock, cette langue a été mise au point en 1985 dans le cadre de la série Stark Trek

Le Petit Prince n’est pas la première œuvre à avoir été traduite en Klingon, L’épopée de Gilgamesh et Hamlet l’ont également été. Pour les amateurs, rendez-vous le 15 octobre pour la sortie du livre, disponible pour une quinzaine d’euros.