Nous avons sélectionné pour vous les 5 montres connectées les plus séduisantes du moment.

Fitbit Versa : une autonomie record

Fin 2016, Fitbit annonçait le rachat de Pebble, une petite startup qui avait imaginé une montre connectée à écran e-ink battant tous les records d’autonomie. Deux ans plus tard, l’acquisition porte enfin ses fruits avec la Fitbit Versa, une petite montre carrée élégante qui présente surtout l’énorme avantage de proposer une autonomie de 4 à 5 jours avec une seule charge…

La majorité des propriétaires de montre connectée vous le diront : leur principal défaut reste leur autonomie très faible qui force l’utilisateur à recharger sa montre chaque nuit. Avec ses 4 jours d’autonomie, la nouvelle montre de Fitbit garantit un meilleur usage – notamment pour le tracking du sommeil.

Elégante et légère, elle embarque un système d’exploitation propre aux montres de Fitbit. Simple à utiliser, la montre embarque toutes les fonctionnalités indispensables : du suivi d’activités au tracking du sommeil en passant par la personnalisation des watchfaces – encore un héritage de Pebble -, la sauvegarde de musiques (la montre dispose de sa propre mémoire interne, et l’accès à quelques applications.

Attention toutefois, vous ne retrouverez ici ni Spotify ni Runtastic. Et c’est sans doute là le plus gros défaut des montres Fitbit. Des alternatives existent, mais encore faut-il vouloir les utiliser si on dispose déjà de comptes chez la concurrence. Fitbit propose ainsi Strava pour le suivi d’activités et Deezer pour le streaming musical.

Attention également pour les sportifs : la montre n’est pas équipée de GPS. Elle ne pourra donc pas être utilisée de façon autonome. Pour ce faire, il faudra opter pour le modèle Ionic.

Ceci étant dit, la Fitbit Versa ne manque pas d’atouts pour séduire : de sa taille de guêpe à son autonomie formidable en passant par ses nombreux bracelets relativement bon marché, sans oublier bien sûr l’extraordinaire application de tracking de Fitbit, sur votre smartphone, et son prix, nettement inférieur à la concurrence lui aussi. Si votre budget ne vous permet pas de craquer pour l’Apple Watch, il s’agit très certainement du modèle le plus intéressant que vous trouverez en magasin.

Les + :

  • L’excellent suivi d’activités / du sommeil
  • Une montre fine et élégante
  • Un prix doux (199€)
  • Les nombreux bracelets proposés
  • Une interface claire et fluide
  • Jusqu’à 5 jours d’autonomie

Les – :

  • Pas de GPS embarqué
  • Pas forcément le modèle le plus résistant…
  • Peu d’applis disponibles

Galaxy Watch : Un design raffiné

Samsung continue lui aussi de faire cavalier seul avec sa Galaxy Watch, qui ne tourne pas sur WearOS comme la plupart des montres concurrentes, mais Tizen, son système d’exploitation maison. Du coup, moins d’applications, mais une interface qui se distingue de celle des montres Android par sa simplicité.

Samsung n’en est pas à son coup d’essai sur ce segment puisque l’entreprise coréenne avait été l’une des premières à se jeter sur ce marché. Elle avait fait le choix très tôt de développer son propre écosystème – non sans risque. Et cela se voit dès le premier contact : sa montre est un exemple à suivre pour l’industrie. Non seulement parce qu’elle adopte un format circulaire se rapprochant de celui des montres classiques, mais aussi parce qu’elle est robuste, très élégante et bien pensée. Sa couronne offre une navigation d’une rare fluidité et si tout le monde n’appréciera pas forcément son look très brut, difficile de ne pas reconnaître un réel savoir-faire chez Samsung.

Le géant coréen corrige également l’un des principaux défauts des précédents modèles. Sa nouvelle montre affiche une autonomie de plusieurs jours – 4 à 7 jours selon le constructeur -, et elle est compatible avec pratiquement tous les smartphones en vente dans le commerce.

Attention toutefois, le prix, lui, risque de faire très mal puisqu’il faudra débourser pas moins de 329€ pour en faire l’acquisition…

Autre point d’interrogation : le soutien apporté par Samsung au produit. On le sait, le constructeur coréen a la fâcheuse tendance de retourner sa veste. Investir dans une montre connectée exploitant un OS “maison” représente donc une grosse prise de risque dans la mesure où si Samsung venait à abandonner Tizen dans un an, la montre ne bénéficierait sans doute pas d’un support éternel…

Les + :

  • Un design robuste
  • Une bonne autonomie
  • Une interface bien pensée

Les – :

  • Un prix relativement élevé
  • Pas énormément d’applis disponibles
  • Pas de garantie sur la durée de vie du produit

Apple Watch Series 4 : un docteur au poignet

Si Apple n’a cessé d’améliorer sa recette, difficile d’être pleinement convaincu par le form factor de sa dernière montre qui conserve le design carré de ses ancêtres et l’allure pataude d’un iPod que l’on aurait placé à son poignet. Pour autant, juger la Series 4 uniquement sur son apparence serait une grossière erreur tant le nouveau modèle de montre connectée proposé par Apple est un exemple d’ingénierie.

Tout d’abord, parce qu’Apple ne s’est pas contenté de créer une simple montre connectée mais a choisi de concentrer ses efforts dans le domaine de la santé. On le sait, son Apple Watch a déjà sauvé bien des vies, et la Series 4 ira encore plus loin avec son électrocardiogramme intégré, qui permet d’obtenir un diagnostic complet en 30 secondes top chrono. Un système certes pas aussi précis qu’à l’hôpital mais qui devrait tout de même être en mesure de détecter un ennui de santé.

Autre nouveauté intéressante : un système d’appel d’urgence qui sera enclanché dès que le porteur de la montre fait une chute. Une fonctionnalité pratique pour les sportifs mais également les personnes âgées. Grâce à son accéléromètre et son gyroscope, la montre est capable de détecter une chute brutale, après quoi elle enclanche un minuteur. Au bout d’un décompte, si l’utilisateur n’a pas désactivé la fonction, la montre lance un SOS…

Pour le reste, c’est la même, en un peu mieux, avec un écran plus grand et plus joli et deux tailles différentes (40 et 44mm).

Les défauts restent malheureusement les mêmes : de l’autonomie déplorable du boiter (1 à 2 jours tout au plus) à son prix ridiculement élevé (429€ d’entrée) et bien sûr son apparence carrée qui rappelle celle d’un vieil iPod.

Les + :

  • Des fonctionnalités qui pourraient sauver des vies
  • Un vaste parc applicatif
  • Un écran plus grand

Les – :

  • Une autonomie déplorable
  • Un prix excessif (429€ minimum)
  • L’apparence d’un iPod collé à son poignet

Fossil Q Explorist

Fossil propose quant à lui une gamme complète de montres connectées sous WearOS. Un choix intelligent de la part du constructeur, qui est probablement celui qui a le mieux exploité la recette.

Le système d’exploitation imaginé par Google garantit la compatibilité avec de nombreuses applications. En revanche, toutes les montres sous WearOS ont la fâcheuse tendance de disposer exactement de la même interface… Du coup, difficile de se distinguer pour les constructeurs.

La montre de Fossil, avec son design élégant, ses nombreux bracelet en métal, en cuir et en plastique, nous a semblé être le modèle le plus intéressant et le plus abordable également, parmi les nombreux modèles sous WearOS proposés.

Avec WearOS, l’accent est davantage mis sur les notifications et l’accès aux applications qu’au tracking d’activités. Un choix intelligent pour le grand public, mais qui ne séduira pas forcément les sportifs, d’autant plus que le plus souvent les montres n’embarquent pas de GPS et ne proposent qu’une autonomie très limitée (1 à 2 journées maximum). L’avantage, c’est d’avoir le choix au niveau des services de streaming audio et de suivi d’activités. Vous ne serez pas limité à du Deezer ou du Strava ici.

Les + :

  • Un joli design
  • De nombreuses applis
  • Un prix compétitif

Les – :

  • Une maigre autonomie
  • Une interface peu intuitive