Le réseau social le plus populaire au monde se lance dans une nouvelle aventure avec une version « site de rencontre ». Une fonctionnalité lancée cette semaine, mais pas pour tout le monde.

Malgré une popularité en baisse, Facebook ne manque pas d’idées pour conserver sa position de choix de premier réseau social au monde. Après les offres d’emplois, l’espace de ventes, le site de Mark Zuckerberg se prend pour Cupidon et propose à ses utilisateurs de rencontrer l’âme sœur.

Lancé cette semaine et dans un premier temps uniquement en Colombie, le nouveau service Facebook mettra du temps avant de se propager partout. Selon Nathan Sharp, chef de produit Facebook, ce choix de pays pour le lancement de Facebook Dating a été fait parce que les internautes colombiens sont friands d’applications et de sites de rencontres.

Au premier coup d’œil, la version de site de rencontre de Facebook ressemble à n’importe quel autre site du genre. On y retrouve les photos de profil de l’utilisateur, son prénom, son âge, son lieu de résidence et les amis en commun. On peut en découvrir davantage en cliquant sur un profil, notamment des photos, ainsi que les réponses à des questions standards telles qu’« à quoi ressemble votre journée idéale? ».

Rien de bien neuf là-dedans. Pourtant, le créateur du réseau social, Mark Zuckerberg, avait précisé plus tôt cette année que ce service se distinguerait des autres applications de rencontres « plus courtes ». On pourra parcourir les différents profils et rentrer en contact avec l’un ou l’autre en « exprimant son intérêt ». Les profils visibles seront affinés par les centres d’intérêt que l’on aura renseignés dans l’application ou par les événements auxquels les utilisateurs ont participé. À noter qu’un quota journalier de 100 profils sera d’application. Pas de « match » non plus, comme sur Tinder, puisque les utilisateurs seront tenus au courant de le pouvoir de séduction grâce à des notifications. À eux de voir s’ils veulent y répondre ou non.

Nathan Sharp précise que le compte Facebook principal ne sera pas directement associé au compte Dating. Les messageries seront également séparées et la version Dating sera limitée aux textes et émojis. Pas question d’envoyer des photos, des liens ou d’autres types de médias. Une contrainte qui, pour le chef de produit Facebook, permettra de favoriser les relations significatives. « Nous nous assurons que la plupart des messages qui arrivent sont uniques et pertinents, au lieu d’être des numéros génériques que les gens peuvent envoyer à tout le monde » assure-t-il.

On notera également que les personnes issues de notre liste d’amis et les personnes bloquées seront exclues des matchs potentiels. Histoire d’éviter les mauvaises surprises et de favoriser de nouvelles rencontres. À voir ce que cela donnera après la phase de tests en Colombie. Est-ce que Facebook Dating aura droit à son application à part entière ? En tout cas, il faudra se montrer patient pour la tester chez nous.