Un nouveau type de poubelle a été imaginé par deux étudiantes chinoises. Celle-ci serait capable de trier elle-même les déchets.

On doit cette invention à Yuchen Qiu et Tingyun Du, deux étudiantes en ingénierie du design industriel, à l’Université de technologie de Compiègne. Les jeunes femmes ont imaginé ce concept de poubelle autotri de déchet à l’occasion du concours « James Dyson Award », une compétition qui récompense l’ingéniosité et la créative chez les étudiants universitaires en design industriel, design-produit ou ingénierie. Une compétition qui réunit près de 18 pays.

Cette année, c’est une poubelle connectée qui a reçu les honneurs. Nommée « Bing Bin », la poubelle se veut intelligente et capable de trier seule les déchets. Une technologie qui fonctionne grâce à une caméra intégrée, celle-ci utilise « la reconnaissance des images et contrôle le système mécanique » pour placer les déchets dans leur bon compartiment. Un seul trou à utiliser pour jeter son déchet, la « machine » s’occupe de tout.

Plus encore, la poubelle intelligente peut aussi détecter si les récipients de boisson contiennent encore du liquide en mesure leur poids. En cas de canette, de bouteille ou autre contenant encore du liquide, une lumière rouge se mettra à clignoter, informant l’utilisateur du souci. Celui-ci pourra alors vider le reste du liquide dans le bord du couvercle prévu à cet effet.

La Bing Bin innove encore au niveau de l’utilisation des sachets poubelles puisqu’elle n’en a pas besoin. En effet, la poubelle fonctionne grâce à des cartouches rechargeables et réutilisables. Elle est également capable d’écraser les déchets ce qui lui permet de contenir davantage de matière grâce à son système de compression, presque 8 fois plus qu’une poubelle standard.

Dans un design très sobre et futuriste, la poubelle présente des ouvertures sur les côtés qui permettent de voir l’état de remplissage des compartiments plastique, papier et métal. Il était initialement prévu d’intégrer un emplacement pour les déchets organiques, les étudiants ont préféré abandonner l’idée, cela demandait trop de contraintes pour assurer le compost des matières.