Cette exclusivité Switch parue fin août est la version complète de Monster Hunter Generations (Monster Hunter X au Japon) sorti en 2016 sur 3DS. Pas un véritable nouvel opus donc, mais une version « ultimate » d’un jeu bien ancré dans les traditions de la saga monstrueuse de Capcom.

Monster Hunter Generations Ultimate est un petit évènement en soi pour les fans de la série de Capcom puisqu’il s’agit du tout premier Monster Hunter à sortir sur Switch. Si beaucoup de fans espéraient voir le monde ouvert de Monster Hunter World prendre place sur la console hybride de Nintendo, ils devront actuellement se contenter de cette version « ultimate », un titre toutefois conséquent faisant dans la tradition pure et dure.

De la récolte et des monstres

Contrairement à World, Generations ne contient quasiment aucune trace de scénario. Ici, on enchaîne les missions depuis un village servant de hub central en passant par un « comptoir des quêtes », et l’on se lance dans différentes zones pour y faire de la cueillette, récolter des matériaux plus ou moins précieux, mais aussi bien sûr pour se consacrer à la chasse aux monstres.

Et il y a franchement de quoi faire. Le bestiaire de cet opus est conséquent, la personnalisation de l’équipement variée et le loot ainsi que le craft seront vos meilleurs alliés. La préparation est donc autant, voire plus importante, que les combats en eux-mêmes et il faudra bien s’équiper avant de se lancer dans les traques les plus importantes. Monster Hunter Generations demande de passer beaucoup de temps à combiner les matériaux et à trouver l’arme (14 types différents) ainsi que la défroque adéquates. Car une fois sur le terrain, les monstres (et le gameplay) peuvent s’avérer difficiles à dompter. Plus on progresse dans les rangs, plus les créatures sont difficiles à vaincre et demanderont même un certain temps (30 à 50 minutes dans les cas les plus ardus) pour y parvenir.

Monster Hunter Generations Ultimate

L’art de la chasse

Le jeu demande donc un certain temps d’adaptation et de maîtrise. Il faut bien connaitre ses armes, son style (l’équivalent des classes) et ses arts de chasse (les aptitudes). Cette édition « ultimate » ajoute d’ailleurs deux nouveaux styles : Vaillant (qui peut décupler la puissance du personnage) et Alchimiste (axé sur le support, permettant de secouer un tonneau qui aura des effets très utiles en coopération) qui viennent s’ajouter aux traditionnels styles Guilde, Guerrier, Voltigeur et Bushido.

Sachant qu’un style est lié à un type d’armes (épée lourde, marteau, épée courte et bouclier, double-lame, etc.) et que les arts, qui peuvent être déclenchés lorsqu’une jauge est pleine, sont liés au style, les combinaisons et techniques sont déclinables à foison. D’autant que vous n’êtes pas lié du début à la fin de l’aventure à un style, et que vous pouvez en changer librement lors d’un passage au village (attention à ne pas oublier aussi de changer l’arme et les arts en conséquence, donc).

Attaque à l’épée lourde, tirs à distance à l’arbalète, esquives, contre-attaques, attaques aériennes, les possibilités sont multiples et chacun y trouvera son bonheur, à condition d’y passer du temps. Pour s’entraîner, le jeu contient d’ailleurs un didacticiel très complet (tous les styles peuvent y être testés) qui vous apprend toutes les ficelles du métier de chasseur. Indispensable pour ceux qui ne seraient pas habitués à la série.

A cela s’ajoute également la compagnie d’un ou deux Palicos, les fameux chats de la série, qui combattent et ramassent des objets à vos côtés. Ceux-ci peuvent aussi être entièrement customisés et entraînés, et peuvent même être incarné par le joueur quand on les passe en mode miaroudeurs (ce qui est très pratique pour effectuer plus rapidement les quêtes de loot).

Monster Hunter Generations Ultimate

Un gameplay à dompter

Toutes sortes de pièges et de bombes peuvent vous aider à accomplir avec succès les traques les plus ardues, mais pour cela, il faudra bien maîtriser le gameplay. Dépourvu de verrouillage de cible, les phases de combats demandent un timing et une précision presque d’une autre époque. Il faudra aussi combiner avec un bouton qui sert à la fois de raccourci pour divers objets (notamment les potions de vie) et de bouton d’action pour dégainer et rengainer son arme. Il n’est donc pas possible de reprendre de la vie (ou de ramasser des objets) en gardant son arme immédiatement disponible.

Pas question de s’emmêler les pinceaux dans les manipulations, car chaque seconde compte et un geste mal placé peut vous rendre vulnérable. Le tout en gardant un œil sur sa jauge de vie et de stamina, cette dernière permettant entre autres de courir et d’accomplir des esquives. A user avec précaution, donc. Exigeant mais aussi très rigide, le gameplay de Monster Hunter Generations pourrait de prime abord repousser certains non-initiés et les joueurs habitués aux gameplay modernes bourrés d’assist.

Monster Hunter Generations Ultimate

Un bestiaire légèrement relifté

Néanmoins, le titre de Capcom récompense le joueur persévérant en lui jetant en pâture un bestiaire comprenant des créatures de plus en plus magnifiques et redoutables au fur et à mesure de la progression. Les affrontements sont très intenses, notamment contre le redoutable Valstrax, l’un des seuls véritables ajouts monstrueux de cette édition. Pour le reste, Monster Hunter Generations Ultimate compile les monstres les plus illustres de la saga ainsi que leurs versions exotiques, ce qui gonfle considérablement le bestiaire.

Globalement, ce portage de la 3DS vers la Switch tient visuellement la route, sans éclat particulier. Il s’agit d’un lifting HD et certaines textures manquent franchement de relief. On sait la console hybride de Nintendo capable de beaucoup mieux et l’on regrette au passage que les innombrables (mais assez courts) temps de chargement présents entre chaque zone soient toujours présents. Néanmoins l’ensemble est très coloré et le rendu des créatures satisfaisant, sur en mode portable.

Pour les petits à-côtés, Nintendo a prévu la compatibilité avec la sauvegarde 3DS et le jeu fait la part belle au jeu en coopération puisqu’il permet à quatre joueurs de partir traquer du monstre, en ligne ou en local. De quoi s’adonner à des parties de chasse riches en émotions qui dureront jusqu’au petit matin sans que l’on voie le temps passer.

Les + :

  • Un bestiaire conséquent
  • Une personnalisation et un équipement très complet
  • Deux nouveaux styles de chasse
  • Des traques avancées pleines de challenge
  • Des parties de chasse effrénées en multi
  • La compatibilité avec la sauvegarde 3DS

Les – :

  • Aucun scénario
  • Visuellement, la Switch est capable de beaucoup mieux
  • D’innombrables temps chargements
  • Un gameplay rigide à maîtriser
  • Trop peu de nouveautés

Conclusion

Cette version HD du jeu sorti sur 3DS, qui était déjà une sorte de best-of de la saga, joue la carte de la tradition en conservant toute l’exigence du gameplay made in Monster Hunter. Cette édition “ultimate” de Generations reste toujours aussi riche quant à son bestiaire et ses possibilités de personnalisation. Malgré le manque de nouveautés et des graphismes tout juste satisfaisants, les fans de la première heure s’y replongeront avec beaucoup de plaisir (d’autant qu’il est possible de charger sa sauvegarde 3DS), notamment pour des parties à plusieurs en ligne ou en local. Quant aux nouveaux, ils risquent d’être un peu surpris par le gameplay à l’ancienne qui demande un certain temps d’adaptation. Mais peut-être seront-ils à leur tour charmés par cet univers si particulier qui récompense la persévérance.

14/20