La France devrait être l’un des premiers pays à accueillir l’Hyperloop d’Elon Musk.

Et si un transport en commun permettait de parcourir des distances avec une vitesse allant jusqu’à 1000 km/h? C’est le projet fou imaginé par Elon Musk, le père de Tesla et de SpaceX. Il avait lancé l’idée en 2013 et avait publié sur Internet les détails de son concept, en accès ouvert, laissant à chacun la possibilité de s’approprier le projet et de le mettre sur pied.

Plusieurs entreprises se sont alors lancées dans le projet, déclinant l’idée initiale. Aujourd’hui, trois candidats sont encore en course ; deux Américains, Virgin Hyperloop One et Hyperloop Transportation Technologies (HTT), et un Canadien, Transpod, cofondé avec un français. C’est d’ailleurs celui-ci qui semble être le plus à même de voir le jour prochainement avec pour piste d’essai Droux, en France.

Pourquoi cette ville en particulier ? Tout simplement parce que des entrepreneurs et élus locaux se sont réunis en une association, Hyperloop Limoges, pour aller faire les beaux yeux à Transpod. L’association s’est arrangée pour offrir à l’entreprise canadienne un terrain adéquat pour lui permettre de tester son invention dans des conditions réelles. C’est donc une piste de 3km qu’a mis à disposition le Conseil départemental de Droux.

L’adjoint au maire de Limoges et président de l’association Hyperloop, Vincent Léonie est optimiste : « si tout se passe bien, le premier coup de pioche interviendra entre la fin de l’année et début 2019 ». Un projet qui demandera tout de même un an de travail et d’aménagement et près de 21 millions d’euros d’investissement, entièrement financés par des partenaires privés.

Principe de fonctionnement de l’Hyperloop

Si le projet canadien semble prometteur quant à une implantation prochaine en France, ses deux concurrents américains ne sont pas loin. Ils sont d’ailleurs très bien partis. La version Virgin Hyperloop One a déjà été testée dans des conditions réelles, sur sa piste d’essai dans le Nevada, avec une vitesse de 310 km/h. Il est question de lancer la première ligne de transport de marchandises pour 2021.

Quant au dernier, le HTT, il semble encore mieux parti puisque la promesse de relier Dubaï à Abu Dhabi devrait mener à la construction d’une piste pour octobre 2020.

Transpod entend de son côté ouvrir la première ligne commerciale pour 2030.