La neutralité du net impose aux fournisseurs d’accès internet de ne pas privilégier un type de données mobiles sur un autre. La neutralité n’étant plus aux États-Unis, ce principe est bafoué. Les services de streaming vidéo tels que Netflix ou Youtube en pâtissent. C’est en tout cas ce que démontre une enquête publiée par Bloomberg.

La fin de la neutralité du web américain – à l’exception de la Californie – a marqué un tournant dans la manière de fournir des services. Les opérateurs américains, petits et grands, réduisent drastiquement leur débit de données mobiles pour le streaming vidéo en profitant du laxisme du gouvernement américain sur le sujet.

L’étude rapportée par Bloomberg s’appuie sur les résultats fournis par l’application Wehe qui calcule la différence de vitesse entre différents types de données. Wehe a relevé des débits pour le streaming vidéo parfois quatre fois inférieurs au débit normal.

Sur 500.000 tests effectués à travers 161 pays, Verizon, At&T et T-Mobile appliquent un étranglement flagrant, détectés respectivement 11.100, 8398 et 3900 fois par l’application. Sprint aurait quant à lui été coupable de 339 cas de bridage. Les opérateurs nient ces accusations et se justifient par des impératifs de gestion du réseau, de priorisation, de congestion du réseau ou encore par la qualité des vidéos.

L’étude a également démontré que les forfaits illimitées n’étaient que de l’esbroufe aux yeux du public. La plupart des fournisseurs d’accès commencent à brider le débit du réseau au-delà de 22 à 25Go.

En réalité, ces opérateur appliquent un étranglement parfois décrit entre les lignes de leur contrat. AT&T, Verizon et T-Mobile limitent automatiquement la lecture de vidéos à une qualité de 480p. Pour bénéficier d’une qualité HD, il faut parfois gonfler le prix de son abonnement ou désactiver une option dans ses paramètres, présentée comme un moyen de limiter sa consommation de données.