HTC est en pleine préparation de son prochain flagship, ressort-il d’une publication de Kevin Duo, un designer RF de l’entreprise. Malgré une importante baisse de son chiffre d’affaires, 53% de moins entre août 2017 et août 2018, la firme va de l’avant et vise un téléphone ultra-performant incluant 5G et processeur de dernière génération.

Après avoir équipé les HTC U12 et U12+ d’un Snapdragon 845, la firme taïwanaise voudrait une fois de plus implanter l’un des plus puissants processeurs mobiles dans ses futurs smartphones haut de gamme. Le Snapdragon 855 de Qualcomm, fraîchement dévoilé à l’IFA Berlin, est en test au sein de l’entreprise.

Le Snapdragon 855 prendra donc place dans les futurs flagships – certainement les U13 et U13+ – de HTC. Avec cette nouvelle puce gravée en 7nm, le même procédé que les puissantes Kirin 980 de Huawei et A12 d’Apple, les performances des téléphones qui l’embarqueront atteindront un niveau encore inégalé.

HTC mise gros pour ne pas y perdre ses plumes

Le Snapdragon 855 qui équipera les futurs smartphones de HTC n’est prévu pour fonctionner qu’aux côtés du Snapdragon X24, un modem compatible avec les réseaux LTE 4G. D’après Kevin Duo, le fabricant taïwannais envisage plutôt d’y coupler un Snapdragon X50, le modem 5G produit par Qualcomm.

Si tel est le cas, HTC vise bel et bien le lancement d’un premier téléphone compatible avec les réseaux 5G en 2019. Malgré l’importante baisse des ventes dont est victime l’entreprise taïwanaise, celle-ci n’abandonne pas pour autant le marché des smartphones, en particulier dans le segment haut de gamme où les marges bénéficiaires sont plus grasses.

HTC entend bien s’imposer comme l’un des premiers à produire un téléphone compatible 5G aux côtés de fabricants tels que Xiaomi, Lenovo, Huawei ou encore OnePlus. Si le téléphone qui en bénéficiera s’avère être l’U13, il ne débarquera en revanche pas dans un environnement préparé à la 5G. Le nouveau standard des réseaux de télécommunication est encore en pleine phase de déploiement, il ne faut pas s’attendre à profiter d’un semblant de réseau 5G opérationnel avant 2019, voire même 2020 en Europe.