Une startup américaine vient de lancer sa ligne de vêtements destinée à renforcer et soutenir le corps de ceux qui les portent.

Le marché des solutions d’aides aux déplacements et mouvements des individus semble être la nouvelle
tendance pour les entreprises de technologies. Un marché encore peu développé, mais qui devrait surement connaitre une expansion. LG vient d’ailleurs de présenter son exosquelette, censé aidé les ouvriers à soulever de grosses charges. Mais les solutions d’assistance corporelle pourraient aussi prendre d’autres formes.

Pour Seismic, anciennement Superflex, la solution idéale prendrait davantage la forme de combinaison et de sous-vêtements, venant soutenir les individus dans leurs mouvements. La startup, basée à Menlo Park, en Californie, vient justement de présenter sa ligne de vêtement Powered Clothing.

Ces vêtements fusionnent la robotique discrète avec des textiles, comme l’explique le PDG et cofondateur de la startup, Rich Mahoney, dans une sorte d’extension du corps humain. Dans les faits, les combinaisons Powered Clothing intègrent des petits moteurs, que qualifie Seismic de muscles robotisés, à des points sensibles du corps. Ceux-ci peuvent fournir jusqu’à 30 watts de puissances, notamment au niveau des hanches et du bas du dos.

Les patchs musculaires fonctionnent grâce à une batterie lithium-ion qui peut durer jusqu’à 8 heures. On peut ensuite la charger ou la remplacer par une autre. Ces patchs permettent également d’enregistrer toutes sortes de données quant aux mouvements et performances de l’utilisateur en temps réel et ajuster la posture de celui-ci. La combinaison peut aussi enregistrer la température du corps et intègre également une connectivité Bluetooth, LTE et Wifi. Un véritable sous-vêtement connecté.

À la base, le projet de Seismic avait été développé par Sri international, dans le cadre d’un programme de la DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency), pour réduire les risques de blessure et améliorer l’endurance des soldats. Mais cette technologie pourrait voir le jour pour le commun des mortels plus tôt que l’on ne le pense, pour le PDG de Seismic.

Il précise d’ailleurs que la technologie que sa startup développe n’est pas à proprement parler un exosquelette dont on a – presque – l’habitude d’entendre parler. Pour Rich Mahoney, le Powered Clothing est bel et bien un vêtement, il n’intègre que peu d’aspects robotique et est très fonctionnel. Les exosquelettes et autres prototypes sont encore fort encombrants et se destinent à une utilisation particulièrement importante. Ici, les vêtements sont beaucoup moins visibles et servent à faciliter les activités du quotidien ; marcher, soulever des objets, se tenir correctement, s’assoir et autres.

L’idée n’est donc pas de décupler les performances humaines, mais de soutenir les individus dans leurs mouvements. « Ceci n’est pas conçu pour vous faire courir plus vite ou pour sauter plus loin. Il est conçu pour que les gens ordinaires apportent un soutien supplémentaire », «Nous nous sommes concentrés sur cette conception d’abord en raison de la mobilité, qui est un besoin énorme pour la population vieillissante, les personnes souffrant de blessures au dos ou de blessures sportives, ou les personnes qui travaillent toute la journée. »

La startup a levé près de 22,5 millions de dollars de financement depuis sa présentation de SRI International, en 2015. Son principal investisseur est basé au Japon, Global Brain Ventures. Pays où le vieillissement de la population est une préoccupation majeure.

Seismic vise aujourd’hui le grand public et le marché médical, mêlant l’assistance corporelle et l’esthétisme. La ligne de vêtement Powered Clothing devrait être lancée dans le courant de cette année, dans une poignée de pays pour commencer. On peut s’attendre à une gamme de prix assez élevés pour cette technologie.