Une nouvelle intelligence artificielle a été développée afin de détecter les premiers signes de dépression chez toute personne, en analysant simplement ses conversations.

Au cœur de nos vies bien remplies, il n’est pas toujours évident de se rendre compte que nos proches ou nos amis vont mal et qu’ils se trouvent au bord de la dépression. Il s’agit d’une maladie souvent difficile à prévenir, et les premiers signes ne sont pas toujours évidents à identifier.

Des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) ont développé tout un réseau neuronal capable de détecter les signes de dépression au sein du langage oral. Pour identifier si une personne est sujette à la dépression, le modèle peut être appliqué à tous types de conversations, comme des entretiens, sans avoir besoin d’autres informations.

Contrairement à d’autres IA similaires pour détecter la dépression, le système du MIT ne demande pas à ce que le patient réponde à certaines questions spécifiques. L’algorithme en présence analyse simplement sa parole et y applique son modèle. Cela peut donc être utilisé dans tous types de discussions, et pourrait même un jour exister au sein d’une application mobile qui analyserait les conversations et enverrait une alerte dès les premiers signes de dépression identifiés.

La question du respect de la vie privée mise de côté, l’idée est intéressante et pourrait, outre poser un premier diagnostique, servir in fine à limiter les risques de suicide.