Les services de renseignement américains ont découvert que des agences d’espionnage chinoises utilisent de faux comptes sur LinkedIn pour recruter des espions.

Des employés Américains travaillant pour de grandes entreprises et ayant accès à des secrets gouvernementaux, telles sont les cibles visées par Pékin. Des campagnes de recrutement décrites comme étant “super agressives” utilisent ainsi de faux comptes sur LinkedIn pour les approcher, a révélé William Evanina, chef des services du contre-espionnage américain, à l’agence Reuters.

La menace est grande et vise des experts dans des domaines tels que l’informatique, l’énergie nucléaire, la nanotechnologie ou les services de santé. Et pour parvenir à ses fins, la Chine recourt souvent à la corruption voire à de fausses propositions commerciales.

LinkedIn, qui compte 575 millions d’utilisateurs dans plus de 200 pays, dont plus de 150 millions de membres américains, est prié par Washington de fermer les faux comptes concernés. Le réseau a déclaré qu’il ferait tout ce qui était en son pouvoir pour identifier et arrêter ces activités.

De son côté, le ministère chinois des Affaires étrangères a qualifié ces accusations de non-sens complet et trouve que les propos des représentants américains comportent des arrière-pensées. Pourtant, les services allemands et britanniques de renseignement avaient par le passé découvert des pratiques similaires en provenance de la Chine, dénombrant en décembre 2017 pas moins de 10.000 Allemands qui avaient été contactés par de faux profils sur LinkedIn.