Le gouvernement américain a approché Facebook pour demander la fin du cryptage des conversations sur Messenger, rapporte l’agence Reuters. Les autorités américaines veulent mettre la main sur des messages vocaux cryptés dans le cadre d’une enquête criminelle sur le réseau criminel Mara Salvatrucha.

L’affaire a été portée devant le tribunal fédéral de Californie à la demande du département de Justice américain. Celui-ci devra déterminer si oui ou non, les forces de l’ordre sont en droit d’exiger la suppression du cryptage de Messenger à Facebook.

L’entreprise s’insurge de cette demande et argumente qu’il est impossible de décrypter les messages vocaux en question. Les messages textes ordinaires sont décryptés pendant leur transit, notamment pour le ciblage publicitaire, tandis que les conversations vocales sont cryptées de bout en bout. La seule solution envisageable serait de modifier complètement le code de cryptage de manière à le supprimer.

Alerté par cette affaire, un ancien juge a expliqué que le gouvernement américain ne devait avoir recours à une telle mesure qu’en démontrant qu’il n’existe aucun autre moyen d’obtenir les preuves. Toutefois, les autorités américaines prévoient des perquisitions dans les règles. Si celles-ci n’aboutissent pas, alors le réseau social n’aurait d’autre choix que d’obtempérer.

Les défenseurs de la vie privée craignent que le juge ne penche en la faveur du gouvernement américain. Une telle décision pourrait potentiellement faire jurisprudence dans d’autres cas et forcer les entreprises à décrypter leur services de messagerie cryptée. On pense notamment à WhatsApp ou Telegram.