Autrefois très populaire, le smartphone “compact” a progressivement perdu du terrain, aux profits des phablettes qui se sont imposées comme le nouveau format incontournable aux yeux des consommateurs. Explications.

Si les téléphones extra-larges ont de jolis atouts à faire valoir, notamment leur autonomie supérieure et leur écran offrant un support optimal pour la consommation de contenu multimédia, ceux-ci ont tendance à être moins ergonomiques que les écrans compacts, et pas forcément très pratiques à utiliser au quotidien.

Face à ce constat, plusieurs fabricants de smartphones y ont vu une opportunité et se sont lancés sur ce créneau avec des modèles “compacts”, à l’ergonomie travaillée, qui répondaient jusqu’à aujourd’hui à une réelle demande de la part des consommateurs.

Si l’iPhone SE d’Apple continue à régner en maître sur ce marché, d’autres modèles séduisent également les consommateurs, notamment du côté de Sony et Samsung.

Malheureusement, si la demande est là, le smartphone compact est victime de vieux préjugés. “Psychologiquement, c’est très difficile de vendre un smartphone petit format au-delà de la barre des 500€, à caractéristiques égales avec un modèle plus grand” explique un vendeur de Media-Markt.

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle on ne trouve aujourd’hui plus de smartphone compact vendu au-delà de la barre des 500€ en magasin. “S’ils doivent débourser 700€, les acheteurs estiment qu’ils doivent avoir au moins droit à un écran de 5,5″ ou plus!”