Fortnite, le jeu aux plus de 125 millions de joueurs, a acquis une telle popularité auprès des pré-ados que certains parents ont décidé de leur payer des coachs particuliers pour développer leurs compétences dans le jeu.

C’est une enquête publiée dans le Wall Street Journal qui fait ressortir l’info : des parents prêts à ouvrir leur portefeuille pour se payer les services de coachs en jeux vidéo pour leur enfant. Un coaching qui a un coût tout de même : entre 20 et 50 dollars la session.

Les parents qui font ce choix expliquent qu’ils craignent que leur enfant ne soit la risée de leurs camarades à l’école? Parmi ses 40 millions de joueurs mensuels, le jeu compte de nombreux jeunes âgés de 10 à 14 ans dans ses rangs. “À l’école, il n’y a pas que la pression de jouer, il y a la pression pour être le meilleur à ce jeu“, explique une mère anglaise de Wincester qui a fait appel à ces services.

Un avenir dans le jeu vidéo

D’autres parents affirment vouloir passer plus de temps en présence de leurs enfants pour mieux les comprendre et cerner leurs centres d’intérêt. “Le temps qu’on passe avec eux est très limité, surtout avec nos boulots”, s’explique un père de famille interrogé lors de l’enquête. “Je les observais jouer et je me suis dit : ‘je devrais m’y intéresser’.

Enfin, certains parents réalisent que le jeu vidéo possède un avenir lucratif puisque certains joueurs gagneraient l’équivalent de plusieurs centaines de milliers de dollars par mois. C’est par exemple le cas de Ninja, qui amasse 350.000$ par mois sur sa chaîne Twitch. Avant d’en arriver là, il faudra tout de même plus d’une séance de coaching. Le journal américain cite notamment le cas de Nick Mennen, qui paie 6 heures de cours par mois à son fils pour s’améliorer dans le jeu.

Le plateforme de recherche de petits boulots Bidvine recense à elle seule 1400 coachs embauchés depuis mars 2018, pour aider les jeunes joueurs à aller toujours plus loin dans leur survie, et atteindre le tant rêvé Top 1. Logan Verner, l’un d’entre ces coachs actif dans l’Utah, se dit surpris : “Cela me semble vraiment surréaliste. Mon père n’aurait jamais payé pour m’offrir des leçons de jeu vidéo“.

Après sa révélation, la pratique a rapidement inquiété les observateurs. La principale critique émise pointe le fait que les parents encouragent leurs enfants à joueur aux jeux vidéo, pratique souvent considérée comme peu ludique aux yeux du grand public, plutôt que de les diriger vers des activités sportives ou à l’extérieur.