Le service de musique en ligne Spotify comptait 83 millions d’abonnés payants fin juin contre 75 millions trois mois plus tôt, un bond qui n’a pourtant pas été synonyme de bénéfices pour la plateforme suédoise.

Spotify, qui a publié jeudi ses résultats pour le deuxième trimestre, a attribué cette hausse à sa percée sur des marchés émergents, notamment en Amérique latine et en Asie du Sud-Est, et au succès de son offre destinée aux familles qui lui rapporte néanmoins moins que les abonnements individuels.

Sur un an, Spotify a enregistré une augmentation de 40% du nombre de ses abonnés payants et, en incluant les personnes profitant de l’offre gratuite comprenant de la publicité, comptait en tout 180 millions d’utilisateurs actifs mensuels.

Mais malgré le développement rapide du streaming dans le monde, Spotify n’a encore jamais dégagé de bénéfices depuis sa création en 2005. Le groupe, qui a perdu 90 millions d’euros sur le trimestre, a dit préférer se concentrer sur son expansion géographique.

Son concurrent le plus proche est Apple Music, lancé il y a trois ans. Le PDG du géant de la technologie Tim Cook avait indiqué en mai que son service de musique en ligne avait dépassé la barre des 50 millions d’abonnés payants.