Les universitaires estiment que leur vie privée a été violée à partir du moment où Dropbox a partagé leurs données anonymisées avec d’autres chercheurs.

La publication d’une étude de l’Université Northwestern dans Harvard Business Review a révélé que Dropbox avait donné « accès à des données de dossier de projets » aux chercheurs pour la réalisation de celle-ci. Ainsi, plus de 400.000 universitaires ont vu leurs données accessibles aux chercheurs de l’étude sur une période de deux ans.

Suite aux protestations des universitaires, les chercheurs ont précisé que ces données ont été anonymisées par Dropbox, et qu’aucune donnée personnelle n’a été vue par les chercheurs. Dropbox affirme également que son processus d’anonymisation permettait uniquement aux chercheurs d’analyser les données brutes à la recherche de modèles et d’enseignements.

Les universitaires estiment que le partage de leurs données sans accords de leurs parts ni même sans information préalable représente une faute grave pour Dropbox. Même si les données étaient anonymisées, les universitaires travaillent souvent sur des projets très sensibles.

Ceux-ci ont exprimé leur indignation sur Twitter et ont demandé des explications à Dropbox. C’est à la demande du site Zdnet que Dropbox a finalement répondu : « L’étude tombait sous le coup de notre politique de confidentialité, qui prévoit que Dropbox et ses tiers de confiance peuvent analyser les activités de partage pour ‘fournir, améliorer, protéger et promouvoir nos services », explique l’entreprise.

Dropbox précise également qu’aucun chercheur n’a eu à un moment donné accès au contenu des utilisateurs, ceux-ci se limitaient à l’analyse de métadonnées pertinentes pour l’étude. Il s’agit d’une piqûre de rappel pour les universitaires : en acceptant d’utiliser un service comme Dropbox, les utilisateurs restent à la merci de la politique de confidentialité de la firme.

Pour parler du positif, l’étude publiée dans Harvard Business Review montre que les le travail d’équipe n’a jamais été aussi efficace grâce aux plateformes de partage de fichiers comme Dropbox, Google Drive, etc.