D’ici 15 ans, une partie de l’infrastructure physique d’internet sera touchée par la montée des eaux.

Selon une étude réalisée par les chercheurs de l’Université de l’Oregon et l’Université du Wisconsin-Madison, des milliers de kilomètres de câbles de fibre optique enterrés dans les régions côtières densément peuplées des États-Unis pourraient bientôt être inondés par la montée des eaux.

L’étude, présentée lors d’une réunion de chercheurs du réseau Internet, décrit la situation délicate dans laquelle se trouve l’infrastructure de l’internet « physique », qui pourrait être submergée par la montée de la mer d’ici une quinzaine d’années. « La plupart des dommages qui seront causés au cours des 100 prochaines années se feront plus “tôt” que “tard” », déclare Paul Barford, auteur principal de l’étude.

Une carte des câbles transocéaniques.

Les câbles de fibres optiques qui sont enterrés, les centres de données, les centres de trafic et les points de terminaison qui forment la colonne vertébrale du réseau de communication mondial sont menacés. « Cela nous a surpris, nous nous attendions à avoir 50 ans pour planifier cela, mais nous n’avons plus 50 ans », ajoute Paul Barford.

Il s’agit de la première étude qui évalue les dangers du réchauffement climatique sur Internet. Dès l’année 2033, plus de 6400 km de câbles de fibre optique et plus de 1100 centres de trafic seront immergés ou entourés d’eau. Les villes de Seattle, New York et Miami seront les plus touchées. Ces perturbations pourront également avoir un effet négatif sur le réseau de communication global.

Une grande partie de l’infrastructure physique d’Internet est enterrée, et les câbles suivent de grands axes déjà établis comme les autoroutes et les côtes : « quand l’infrastructure a été construite, il y a 20-25 ans, le réchauffement climatique n’entrait pas en ligne de compte », explique Barford.

Selon Barford, l’endroit où les câbles transocéaniques qui relient le réseau de communication mondial arrivent à terre est au niveau des grandes villes côtières. « Les points d’arrivée vont être sous l’eau dans un court laps de temps », ajoute Brarford.

« Il s’agit d’un véritable danger pour l’Internet, nous devons trouver un moyen de régler le problème », finit Paul Brarford.