Après un premier volet remarqué, Mushroom Wars 2 ressert une dose de combats stratégiques en temps réel aux commandes d’une armée de champignons conquérants. Ce n’est peut-être pas encore la période de la cueillette, mais c’est le bon moment pour planifier une invasion en solo ou entre amis sur Switch.

Débutée sur PS3 en 2009 avant d’être portée sur Android, iOS puis sur PC, la licence Mushroom Wars a accouché d’un second opus en octobre 2017, directement sorti sur PC via Steam avant d’arriver cet été su Nintendo Switch. Ce jeu de stratégie en temps réel place le joueur aux commandes d’une armée de champignons déterminée à éliminer la ou les factions adverses.

A part une poignée de cinématiques basiques dénuées de dialogues, rien ne vient véritablement gonfler le scénario anémique du titre (en gros l’histoire d’un roi champignon qui est à la recherche de son père et qui affronte durant son périple diverses factions dans une guerre sans merci), ce qui est bien dommage compte-tenu de l’univers singulier qui est pourtant présenté. Ceux qui ont connu le premier volet s’apercevront d’ailleurs que la direction artistique, auparavant plus cartoon et enfantine, a bien changé en devenant plus passe-partout tout en restant toutefois joliment bucolique.

Le système de jeu emprunte aux ténors de la stratégie que sont Command and Conquer et StarCraft pour offrir une version de l’invasion guerrière néanmoins plus « mignonne » et simple (en apparence, seulement). On améliore ses bâtiments pour résister à l’envahisseur, on envoie un certain pourcentage de ses unités pour conquérir les édifices neutres et ennemis et on tente de survivre aux assauts qu’envoient à leur tour nos adversaires. A cela s’ajoute (seulement) trois types de bâtiments (les villages qui augmentent le nombre de guerriers, les tours défensives, et les forges qui augmentent les attaques) qui peuvent être améliorés quatre fois, ainsi que de nombreuses subtilités qui viennent pimenter les parties. On notera notamment les quatre compétences qui diffèrent entre chaque commandant de guerre (qui sont une grosse douzaine), ainsi qu’un système de moral des troupes qui augmente lorsque l’on s’empare de nouveaux bâtiments ou quand on améliore ses infrastructures, ce qui octroie des étoiles qui donnent des bonus de défense, d’attaque et de vitesse.

Avec sa campagne solo scénarisée (qui sert en grande partie de didacticiel), son mode coopération et son multijoueur jusqu’à 4 (en ligne ou local), le titre offre une durée de vie plus qu’honnête. Il permet surtout de personnaliser de façon très complète chaque partie pour procurer des escarmouches fun et rapides entre amis. On regrettera toutefois en local qu’il faille posséder autant de Switch que de joueurs pour pouvoir en profiter.

Si les commandes sont dans l’ensemble simples et intuitives dans cette version Switch, on perd toutefois un peu en rapidité d’exécution face à l’ergonomie offerte sur PC. On regrette d’ailleurs aussi un manque de visibilité dans l’interface, notamment lorsque l’on veut consulter les effets des compétences des commandants qui sont pour le coup difficiles à prévoir si on ne les as pas testées (et mémorisées) précédemment.

Les + :

  • L’univers bucolique
  • De la stratégie accessible et profonde
  • Une vingtaine d’euros (et encore moins sur Steam)

Les – :

  • Un scénario au second plan
  • L’interface est un peu moins claire que sur PC
  • L’aventure solo est un peu trop répétitive

Conclusion

Accessible tout en offrant une jolie profondeur, Mushroom Wars 2 est un bon petit jeu tactique idéal pour des parties en ligne ou entre amis, à condition d’être équipé en Switch. Malgré sa durée de vie correcte, le solo s’avère quant à lui sympathique mais toutefois trop scolaire et répétitif pour tenir en haleine. Pour une petite vingtaine d’euros, cette guerre des champignons devrait sustenter les fanas de stratégie dans l’attente d’un éventuel successeur à Advance Wars.

14/20