Après l’ouverture de supermarchés, Amazon se diversifie encore. Le géant de la vente en ligne se lance sur un tout nouveau segment du marché : la livraison de médicaments.

Les rachats se suivent et ne se ressemblent pas chez le géant de l’e-commerce Amazon. La firme qui compte plus d’un demi-million de salariés vient de conclure son mariage avec Pillpack, un distributeur américain de médicaments. Tout porte à croire que la société de Jeff Bezos devrait s’ouvrir au marché des produits pharmaceutiques, qui tourne à plein régime de l’autre côté de l’océan Atlantique.

Pillpack distribue des médicaments sous forme de doses préemballées. La société livre quotidiennement les doses dont les patients ont précisément besoin, en accord avec les organismes de santé et les autorités américaines du territoire sur lequel elle opère.

On ignore encore le montant de la transaction, mais lorsqu’il s’agit de se lancer sur un nouveau marché, Amazon n’hésite pas à mettre la main au portefeuilles. Comme le rachat de la chaîne de supermarchés bio Whole Foods pour laquelle la société avait déboursé 13,7 milliards de dollars en juin 2017. L’ingestion de Pillpack a ébranlé les bourse américaines puisque les principaux acteurs de l’industries pharmaceutiques ont vu le cours de leurs actions chuter peu après l’annonce.

Devenu roi du marché du livre, Amazon pourrait bien se frayer un chemin vers le sommet de ce nouveau secteur, dans lequel la firme américaine avait déjà préparé le terrain en obtenant les autorisations pour livrer des médicaments dans une dizaine d’états américains.