Dès 2019, les nouveaux véhicules pourront être tracés grâce à une puce RFID en Chine.

Crédit : Mark Ralston / AFP/Archives
Crédit : Mark Ralston / AFP/Archives

Le gouvernement chinois vient d’annoncer la mise en application d’une nouvelle mesure pour 2019 : tous les véhicules construits à compter de cette date seront munis d’une puce de radio-identification (RFID). Une puce qui permettrait ainsi de récolter diverses informations sur les véhicules, notamment de les suivre ou de les localiser. Cela permettrait de faciliter le travail des forces de l’ordre en ce qui concerne l’identification et la localisation de véhicules.

Dès le 1er juillet 2018, une première phase de tests sera mise en place avec la participation de volontaires. Dès 2019, les constructeurs chinois d’automobiles devront imposer un code d’identification unique sur leurs véhicules.

Durant la phase de test, une vignette d’identification sera apposée sur le parebrise des véhicules. Celle-ci pourra alors être automatiquement scannée par les différents capteurs placés sur le réseau routier chinois. Les informations récoltées par ces capteurs seront ensuite envoyées au Ministère de la Sécurité publique.

À terme, les puces pourront transmettre des informations par ondes radio et ainsi permettre le traçage des véhicules. Pour cela, des milliers de bornes et de capteurs seront installés sur l’ensemble du réseau routier du territoire. La localisation et le traçage seront automatiques ce qui devrait faciliter la géolocalisation des véhicules volés ou en fuite.

La Chine semble se transformer peu à peu en un pays totalement informatisé qui pourrait effrayer certains. Dans la version officielle, cela ne peut être que positif puisque cela ne devrait être utilisé qu’en cas de forces majeures par les forces de l’ordre, mais des dérives sont potentiellement possibles.

Des puces du même genre sont également en développement en Malaisie, au Brésil, au Mexique, en Inde et même dans les Émirats Arabes unis.