Le décollage du mini-avion Flyer, financé par Larry Page, a été une réussite comme le montre un tweet du constructeur, Kitty Hawk.

105254230-Flyer-by-Kitty-Hawk.1910x1000

Larry Page, cofondateur de Google, est un féru de technologie et autres appareils volants. Il est donc tout à fait normal qu’il ait financé la start-up Kitty Hawk, une jeune entreprise de véhicules volants. Celle-ci vient d’ailleurs de prouver la fiabilité de son bébé « Flyer », un petit avion électrique.

Il s’agit bien d’un mini-avion et non seulement un nouveau type de drone puisque celui-ci peut nécessite le pilotage d’une personne pour fonctionner. Ce véhicule volant vise surtout un usage divertissant. Mais cela n’enlève rien à l’exploit du Flyer. Alimenté par une batterie au lithium, l’engin compte plusieurs hélices pour se soulever dans les airs et se stabiliser.

Dans un tweet de l’entreprise Kitty Hawk, on peut apercevoir l’appareil dans les airs, ainsi qu’un pilote. Le Flyer a des airs de vieux effets spéciaux assez remarquables, le tout souligné par des rires bien kitsch.

L’engin peut s’élever jusqu’à trois mètres du sol et peut voler durant 20 minutes dans les airs. Avec une vitesse maximale de 32km/h, le pilote pourra très certainement ressentir de chouettes sensations. Avec ces deux flotteurs, le Flyer devrait permettre à son pilote de se poser sur l’eau, tel un hydravion.

Les tests se sont donc montrés concluants et la phase commerciale du Flyer a commencé, même si on ignore tout du prix de vente de l’engin. Les amateurs peuvent s’inscrire sur une liste en ligne pour tenter d’avoir des informations sur la somme demandée. Il est aussi possible de tester la bête sur un lac, près de Las Vegas.

La start-up entend bien révolutionner le monde avec ce nouveau dispositif et, pourquoi pas, proposer des escapades de groupes à travers le monde ? Avec Larry Page comme investisseur, les fonds ne devraient pas poser de problème.

Le Flyer n’est pas le seul projet d’engin volant qui peut transporter un passage/un pilote, mais il semble être le plus abouti. Le moment où l’on verra des centaines de petits appareils volant au-dessus de nos têtes dans les villes ne semble plus très éloigné dans le temps.