Toute violence n’est pas physique, loin s’en faut. La preuve en est internet où les commentaires injurieux et le harcèlement sont rois. Pour contrer ces dérives du web, Charles Cohen, un développeur français de 22 ans, a développé Bodyguard.

Bodyguard

Qui n’a jamais eu affaire à des propos parfois déplacés, parfois insultants voire haineux, ou à des pressions répétées sur le web ? Sous couvert de l’anonymat, parfois pas, les internautes se permettent d’aller loin, très loin, poussant dans les cas les plus extrêmes au suicide. En Belgique, 1 jeune sur 3 est victime de cyber-harcèlement, face à un langage composé d’injures devenus si banal sur des réseaux tels que Twitter ou Youtube, il était impératif pour Charles Cohen de faire quelque chose.

C’est ainsi qu’a été créé Bodyguard, un garde du corps virtuel capable de détecter automatiquement les commentaires qu’il juge injurieux ou haineux, et même de bannir les comptes qu’il estime malveillants. En d’autres termes, il remplit exactement le rôle d’un modérateur, de manière bien plus efficace que ceux intégrés aux services en ligne. L’appli prétend même “vérifier humainement chaque commentaire supprimé, et le restaurer sous 1h max si Bodyguard s’est trompé“. Disponible pour les utilisateurs d’Android et d’iOS, Bodyguard n’est pour l’instant capable d’agir que sur Twitter, Youtube et Twitch, mais devrait sans doute finir par aller faire un tour du côté de Facebook et Instagram.

Bodyguard

Côté prise en main, le garde du corps virtuel est simple à apprivoiser : dès son installation, il vous informe de l’état en temps réel de vos comptes sur les réseaux sociaux qu’il défend. Des réglages vous permettront de supprimer automatiquement les insultes, menaces, commentaires inutiles (“first“) et autres trolls, et même de supprimer les commentaires qui contiennent des liens ou des publicités. Vous pouvez même définir à partir de combien de commentaires supprimés un compte peut être automatiquement banni.