Le 12 juin, la police française démantelait “Black Hand“, une des plus importantes plateformes illégales actives sur le dark web. À sa tête, personne d’autre qu’une maman de 28 ans.

Dark web

Vente de stupéfiants, trafic d’armes, faux papiers, vol de données bancaires, etc. La liste des services illicites proposés par Black Hand est longue. Ce forum sévissait depuis plus de deux ans sur le dark web, partie non référencée du net par les moteurs de recherche.

La France a lancé une opération d’envergure inédite pour une affaire de ce genre : “plus d’une quarantaine d’agents de la DNRED (Direction Nationale du Renseignement et des Enquêtes Douanières), des maîtres-chiens de la douane et plusieurs experts techniques“, liste le ministre de l’Action et des Comptes publics Gérald Darmanin.

Du matériel informatique, de faux documents d’identité, 4000 euros en liquide et 25.000 en monnaies virtuelles sont saisis. Durant l’opération, quatre personnes sont interpelées, dont celle qui est considérée comme la principale administratrice du site. À la grande surprise des enquêteurs, il s’agit d’une femme à la gestion du site. Plus étonnant encore, celle-ci est mère de deux enfants. Anouchka n’était cependant pas la créatrice de Black Hand, mais elle en avait repris la gestion. Malgré un profil atypique, à des lieues d’un “ingénieur informaticien geek“, la jeune femme connaissait très bien le dark web.

Les premiers éléments de l’enquête ont révélé que plus de 3000 personnes étaient membres du forum Black Hand, accessible via une adresse .onion sur le réseau Tor. Cette plateforme très active aurait permis à Anouchka de gagner “plusieurs dizaines de milliers d’euros par an“, selon le responsable des opérations de démantèlement.