Test – Hitman Definitive Edition : le Paradis du tueur à gages

Par posté le 13 juin 2018

Déjà sorti en format physique au tout début de l’année, l’intégralité de la saison 1 d’Hitman se voit ici agrémentée de tous ses bonus et DLC pour une expérience complète en matière d’assassinats virtuels sur PS4 et Xbox One.

Hitman Definitive Edition

Sortie au début de l’année 2017, l’intégralité de la saison 1 de Hitman se voit agrémentée dans cette version physique intitulée « Definitive Edition » de toutes ses extensions, comprenant les quatre missions de la campagne Patient Zéro, les contrats bonus « Escalade » (permettant de débloquer trois armes uniques), des packs de tenues à tire-larigot ainsi que tous les défis mis à jour.

Un level design assassin

Rappelons que le jeu principal propose sept lieux à explorer (la base de l’ICA, Paris, Sapienza, Marrakech, Bangkok, le Colorado et Hokkaido), soit autant de terrains de jeu regorgeant de possibilités d’assassinats, toujours à effectuer en toute discrétion, il va de soi. Si le joueur impatient (qui aura tendance à rejeter en bloc ce type de jeu) peut en faire le tour relativement vite en se contentant d’un seul moyen de liquidation par « niveau », les autres, c’est-à-dire les as de l’infiltration, de l’observation et aussi un peu de la perversité, trouveront amplement leur bonheur dans ces petits paradis pour tueurs à gages en manque de challenge.

C’est que cet Hitman renoue avec l’essence de la saga en proposant une expérience d’assassinat pure, propulsant le célèbre Agent 47 dans de somptueux environnements (excepté la base de l’ICA qui sert essentiellement de tutoriel) où il devra éliminer une ou plusieurs cibles sans se faire repérer ni faire de victimes collatérales. Tous les moyens sont bons et chaque environnement bénéficie d’un level design entièrement dédié au meurtre. La mécanique est dans l’ensemble toujours la même, demandant de se déguiser pour s’infiltrer toujours plus en avant, afin d’être au plus près des cibles, et se retrouver idéalement seul avec ces dernières afin de les éliminer sans faire de remous. Choisirez-vous la corde à piano, le silencieux ou ce couteau qui trainait dans la cuisine que vous avez préalablement ramassé ? A moins que vous ayez décidé d’empoisonner le cocktail préféré de votre cible ? Ce ne sont là que les moyens les plus courants afin de compléter les missions, de nombreux éléments aperçus en chemin vous mettant régulièrement la puce à l’oreille quant à une nouvelle opportunité qui peut vous faire remporter la mission en restant à distance (en activant un mécanisme ou en exploitant un élément du décor, par exemple).

Hitman

De la patience et de l’observation avant tout

Vous l’aurez compris, le jeu demande beaucoup d’observation, de créativité mais aussi de patience, les premières sessions consistant surtout à observer chaque recoin des niveaux, chaque comportement des nombreux PNJ ainsi que les déplacements de vos cibles. Hitman propose de véritables terrains d’expérimentations en matière d’assassinats sur lesquels il faut toujours redoubler de discrétion. Même si l’IA n’est pas toujours des plus fines, le moindre faux pas est rapidement détecté et les gardes du corps ne prendront pas longtemps avant de vous faire mordre la poussière.

La possibilité de paramétrer chaque niveau à l’envie (point d’entrée, avec ou sans indicateurs apparents, etc.) offre d’innombrables approches, approfondissant encore plus la richesse du titre. Et même s’il reste accessible avec notamment l’affichage des opportunités qui vous guident dans les méthodes d’assassinat en affichant vos objectifs les uns après les autres, cet Hitman est principalement à réserver aux amateurs d’infiltration qui voudront découvrir par eux-mêmes toutes les approches possibles.

Hitman-Patient-Zéro

Le cas Patient zéro

Initialement proposé en DLC, Patient Zéro vient allonger la durée de vie de cette première saison avec quatre missions. L’histoire est indépendante de la trame principale, même si elle nous replonge à Bangkok, Sapienza, dans le Colorado et enfin Hokkaido. C’est cette dernière localisation qui propose d’ailleurs le plus grand challenge, en offrant en outre une conclusion des plus intéressantes. Les autres sont plus anecdotiques, et font un peu redite.

Au terme de ces quatre missions, on ne peut en tout cas qu’être impatient de découvrir ce que IO Interactive et Warner Bros. vont nous réserver pour la seconde saison, en espérant que ceux-ci planchent davantage sur un scénario digne de ce nom, cet Hitman étant en l’état assez pauvre à ce niveau-là. Pour en savoir plus sur le jeu de base, n’hésitez pas à relire notre test publié à l’époque.

Les + :

- Un level design riche et détaillé
- Des niveaux à la carte
- Tous les chapitres, contrats, défis et DLC réunis
- Une excellente durée de vie

Les – :

- Un scénario anecdotique
- De nombreux (et longs) temps chargements
- Les missions de Patient zéro un peu inégales
- Pas de grosses nouveautés

Conclusion

Avec cette Définitive Edition, les fans d’infiltration détiennent LA simulation d’assassinat qui les tiendra en haleine durant des heures et des heures. Avec son level design riche et ses missions paramétrables à l’envie, la saison 1 dans son déroulé principal était déjà conséquente. Avec tous les contrats, missions secondaires et défis supplémentaires réunis, l’expérience globale n’en est que plus forte encore. Dommage que l’ensemble manque de liant, de véritable caractérisation des personnages et d’une narration au diapason pour pouvoir nous faire totalement vibrer. A défaut de totalement nous convaincre, cette Definitive Edition aura au moins le mérite de permettre à certains de rattraper leur retard, en attendant le second volet.



16/20


Rédacteur sur les plateformes Geeko et Belgium-iPhone. Cinéphile acharné et authentique gamer.

Articles similaires

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>