Pratiques pour les usagers, Waze cause parfois de gros embouteillages dans des zones où le trafic est habituellement très fluide.

waze

L’application de navigation GPS collaborative remporte un franc succès dans notre pays comme ailleurs : le service est utilisé par 250.000 conducteurs, rien que dans la capitale, pour plus de 70 millions d’utilisateurs dans le monde.

Mais un tel succès provoque également des nuisances pour les petites communes dont les routes se voient régulièrement inondées par les automobilistes envoyés par l’application. Le problème se pose chez nous, mais aussi en France, qui représente le plus gros marché pour Waze en Europe.

Le Parisien cite plusieurs exemples de petites agglomérations qui ont dû prendre des mesures pour remédier à la situation. À Lieusaint, dans le sud de la région parisienne, la mairie a décidé d’installer des feux rouges pour décourager les usagers à emprunter ces voies secondaires. Une solution salvatrice pour les riverains, qui n’étaient pas habitués à cet afflux de circulation.

Une autre ville a par exemple décidé d’élargir un pont pour le doter d’une seconde voie et ainsi réduire le trafic.

De son côté, Waze se rend bien compte des nuisances que son service peut involontairement provoquer, la firme a donc lancé le programme « Connected Citizens », qui a pour but de créer un dialogue entre le service et les villes participantes. Un partage de données a été mis en place et permettra de prendre le problème en amont.

conecter citizen

Dans l’attente d’une solution efficace, certains utilisateurs blasés ont déjà tenté d’agir par eux même, en indiquant des faux embouteillages, mais le service étant collaboratif, une information fausse est très vite repérée, une caractéristique qui fait d’ailleurs la force de Waze.