Disponible sur Playstation 4, Xbox One et PC, la compilation Sega Mega Drive Classics regroupe pas moins de 53 titres plus ou moins célèbres sortis sur la célèbre console 16 bits. Si le plaisir nostalgique est bel et bien présent, il commence tout de même à sentir un peu le réchauffé.

Sega Mega Drive Classics

A chaque nouvelle génération de console, c’est la même rengaine : Sega compile ses anciens titres de gloire pour les nostalgiques du pad. A l’époque de la PS3 et de la Xbox 360 on avait eu droit à Sega Megadrive Ultimate Collection, aujourd’hui c’est au tour de Sega Mega Drive Classics de faire reluire ses vieux pixels sur nos téléviseurs modernes.

Un contraste d’autant plus amusant que le titre nous présente cette collection dans le cadre d’une chambre virtuelle où se trouve un vieux téléviseur cathodique, une armoire où sont rangées les boites de jeux (par ordre alphabétique) et quelques posters accrochés aux murs. La zone de confort nostalgique étant plantée, on peut insérer un jeu après l’autre dans la Mega Drive présente sous la télé, comme au bon vieux temps, et se lancer dans une illustre aventure toute en pixels. Pour la liste exhaustive des titres, on vous dirige vers notre article d’annonce du jeu, mais sachez qu’elle est dans l’ensemble plus ou moins la même que celle livrée avec la compilation sortie sur PS3 et Xbox 360, à quelques exceptions près. Le travail d’émulation, même s’il reste de très bonne qualité, n’a donc pas demandé un énorme travail et tout cela sent l’opportunisme à plein nez. Mais Sega n’a pas le monopole dans ce domaine, Nintendo ayant lui aussi ressorti à d’innombrables reprises ses classiques au sein de ses eShops et via ses récentes Mini Nes et Super Nes, dont le succès est sans équivoque.

Sega Mega Drive Classics(1)

Plaisirs et frustrations

Comme dans toute compilation, il y a forcément des absents qui feront des déçus. Faute de droit, on devra donc se passer des licences Disney telles que Castle of Illusion et Quackshot, mais aussi d’autres titres qui ont marqué la génération 16-bits tels que Earthworm Jim, Outrun, Moonwalker ou, plus étonnant, Ecco the Dolphin et Sonic & Knuckles.

Rassurez-vous, les deux premiers Sonic sont quant à eux bien là, accompagnés de Sonic 3D Blast, Sonic Spinball et Dr. Robotnick’s Mean Bean Machine qui n’est rien d’autre que le fameux Tetris-like Puyo Puyo. Déjà compilé ailleurs (notamment via les Sega Vintage Collection), les trois Streets of Rage, sommets du beat’em up, sont aussi de la partie, ainsi que les trois Golden Axe et les trois Shinobi.

Dans l’ensemble, la sélection est de qualité et elle nous fait retrouver avec beaucoup de bonheur et dans une émulation de qualité la plupart de nos classiques chéris ainsi que des titres un peu oubliés mais néanmoins excellents tels que Ristar, Beyond Oasis (aka La Légende de Thor), le shoot’em up Bio-Hazard Battle ou encore le très bis Alien Storm. Pour ceux qui veulent de l’aventure à plus longue durée, les Phantasy Star ainsi que les Wonder Boy présents offriront quant à eux de nombreuses heures de plaisir.

Une poignée de titres sont par contre nettement moins folichon comme Alex Kidd in the Enchanted Castle (qui n’arrive pas à la cheville des opus Master System) ou encore Bonanza Bros., parfaitement dispensables.

SEGA Mega Drive Classics_20180523085323

Sur quels boutons faut-il appuyer ?

A la manière de ce que l’on peut trouver dans l’interface de la Super Nintendo Classic Mini, chaque jeu bénéficie de plusieurs slots de sauvegarde, et il est possible d’obtenir différents filtres graphiques. Sega a également ajouté des fonctions rembobinage et accélération, ce qui peut s’avérer pratique en cas de bourde ou si l’on veut passer les dialogues un peu longuets de certains RPG.

En revanche, il faudra tâtonner ou avoir une sacrée bonne mémoire pour se rappeler des commandes de certains jeux, puisque aucun mode d’emploi n’est proposé. Seuls certains titres en contiennent un dans leurs options. Dommage. En outre, si la version française (ou japonaise) peut être choisie sur certains titres, la majorité des titres sont bel et bien en anglais. En bon entendeur…hello!

Enfin, l’un des véritables atouts de cette compilation réside dans le fait de pouvoir jouer à une bonne vingtaine de titres multijoueur en ligne (et en local, bien entendu), avec l’affichage d’un classement. Il est ainsi possible d’y retrouver un ami ou de lancer un matchmaking en ayant présélectionné le jeu en question. Sympa! Petit bonus supplémentaire pour les amoureux de challenge, de petits défis sur certains jeux ont été ajoutés, comme par exemple terminer un niveau sans prendre de dégâts.

Les + :

– Une très bonne qualité d’émulation dans l’ensemble
– 53 jeux réunis au même endroit
– Le mode online pour une vingtaine de titres
– Les fonctions rewind et fast forward
– La sauvegarde facile et rapide

Les – :

– Un contenu principalement recyclé de la précédente compilation
– Quelques grands absents
– Pas de mode d’emploi

Conclusion

Même si elle sent le recyclage et malgré l’absence de grands absents, Sega Mega Drive Classics fournit son lot de plaisirs old school tout en pixels. Quelques options sympathiques (rembobinage, sauvegarde rapide) ajoutent une réelle plus-value à l’ensemble, tout comme la possibilité de jouer en ligne. Rien de révolutionnaire, la qualité intrinsèque des titres demeurant le principal atout de cette compilation indispensable pour tous les gamers nostalgiques qui n’auraient plus leur console d’antan ou qui n’auraient pas déjà craqué pour de précédents best of du genre. Une trentaine d’euros pour 53 jeux, ça reste une bonne pioche, même si la précédente – et semblable – compil de Sega sortie sur PS3 et Xbox 360 il y a quelques années peut être achetée à moindre coût sur le Net.

14/20