Financé par le biais de la plate-forme de crowdfunding Kickstarter, Agony est un jeu d’épouvante qui a déjà fait couler beaucoup d’encre en raison de certaines de ses séquences de jeu jugées trop violentes. Ambitieux, le projet s’écroule sur la ligne d’arrivée, victime d’un gameplay impropre à la consommation.

agony

Attendu au tournant, Agony faisait partie de ces titres au potentiel énorme qui faisait déjà tourner la tête des nombreux amateurs de cinéma fantastique. Développé par un petit studio polonais, le titre avait été repéré très tôt par Koch Media, qui se chargera de sa distribution. Un pari audacieux pour l’éditeur, compte tenu du maigre historique du studio… Et il faut bien l’avouer, sur ce coup, Koch Media a fait une très grosse erreur. Car derrière son character design superbe, ses trailers entraînants et ses jolis graphismes se cache en réalité l’un des plus mauvais jeux de ces dernières années, rien que ça!

Sur le papier pourtant, Agony avait tout du hit : un concept innovant mêlant survie, aventure et horreur, une équipe de développeurs talentueuse composée de vétérans ayant travaillé sur Operation Flashpoint & The Witcher, et un voyage en enfer qui promettait une narration riche et très mature…

agony4

Au premier regard pourtant, Agony donne plutôt une bonne impression. Sans être une claque graphique, le titre se défend plutôt bien avec son univers graphique riche, ses décors superbes et sa direction artistique inspirée. Dès les premières minutes de jeu, on remarque toutefois les nombreux défauts du jeu. Les développeurs n’ont pas cru de bon ton de s’embarrasser d’un scénario et propulsent le joueur en enfer pour on ne sait trop quelle raison, sans prendre la peine de nous expliquer qui on incarne, ce que l’on fait là ou quel est notre objectif…

Plus surprenant encore, le concept du jeu n’est pas expliqué au joueur. On se retrouve perdu dans des décors parfois labyrinthiques sans avoir aucune idée de ce que l’on doit faire.

Dans la pratique, le joueur aura également tôt fait de remarquer qu’Agony n’est pas vraiment un jeu d’action, ni d’ailleurs un jeu d’horreur. Il s’agit en réalité d’une simulation de marche atrocement lent entrecoupé de quelques énigmes et parties de cache-cache avec des créatures qui feront ici office de Minotaures. Le concept aurait pu être amusant si la réalisation suivait… Hors, dans la pratique, on se rend compte que les séquences d’infiltration sont complètement ratées, que le rythme du jeu est tellement lent qu’il est impossible de ressentir la moindre peur, et que les énigmes sont tellement mal expliquées que le joueur passe le plus clair de son temps à se demander ce qu’il doit faire pour se sortir de ce calvaire…

Ajoutez à cela une I.A. totalement aléatoire, avec des créatures qui vous bondiront dessus lorsque vous serez tapis dans l’ombre et passerez à côté de vous sans vous remarquer alors que vous êtes en plein sprint, et vous comprendrez que l’expérience de jeu est des plus désastreuses…

agony5

Dommage, d’autant plus que l’aventure promettait son lot de scènes gores, de rencontres inattendues et une belle diversité au niveau des environnements avec des décors à thèmes, sur la thématique des 7 pêchés capitaux. Les designers se sont fait plaisir, et cela se ressent. Bourré de références aux grands classiques du cinéma, Agony est un titre visuellement très ambitieux qui aurait pu se transformer en un excellent jeu s’il avait eu droit à un gameplay digne de ce nom.

Ramassis de mauvaises idées, Agony lorgne finalement davantage du côté du simulateur de marche barbant que du jeu de survie/infiltration. Et c’est bien dommage car la plupart de ceux qui craqueront pour lui abandonneront l’aventure en cours de route, dès la première heure de jeu. Car il faudra bien du courage pour finir le jeu, qui affiche tout de même une solide durée de vie de 8 à 10h de jeu… Bourré de bugs, sans aucun incitant narratif, et mal fignolé, Agony est l’archétype du jeu conceptuel qui aurait pu s’imposer comme un hit et qui s’est transformé en une bouse infâme – tout juste digne d’alimenter les packs de jeux de Fanatical et Humble Bundle. Un titre à éviter à tout prix donc, que ce soit sur consoles ou PC, sous peine de passer un (très) mauvais moment.

Les + :

– Une jolie direction artistique
– Des graphismes plutôt jolis sur PC
– Une bonne durée de vie

Les – :

– Beaucoup de bugs
– Une réalisation graphique moins soignée sur consoles
– Un level-design atroce
– Un gameplay sans intérêt
– Un jeu pratiquement sans scénario
– Les déplacements du personnage, atrocement lents

Conclusion

Probablement trop ambitieux pour le petit studio polonais qui s’est chargé de le concevoir, Agony est un véritable calvaire à parcourir, la faute, en grande partie, à son gameplay sans intérêt qui mélange exploration & infiltration dans un univers certes aguicheur, mais très mal maîtrisé par ses concepteurs. Victime de son level-design désastreux, de son gameplay mou du genoux et de trop nombreux bugs, Agony se transforme très vite en un véritable calvaire, même pour les joueurs les plus endurcis. Dommage, car la réalisation graphique et la direction artistique laissaient pourtant présumer qu’il s’agirait d’un excellent jeu. En l’état, difficile de le conseiller à quiconque, tant l’expérience de jeu est cauchemardesque.

4/20