Comment vérifier si quelqu’un utilise votre PC à votre insu

Par posté le 4 juin 2018

Avez-vous déjà entendu parler des keyloggers ? Il s’agit de logiciels capables de traquer l’intégralité de vos activités sur votre machine. Il est toujours bon de vérifier s’il y en a un d’installé sur votre PC.

Crédit photo : AFP.

Crédit photo : AFP.

KGB Keylogger, KeyGrabber, Revealer Keylogger, Spyrix… Tous ces dispositifs sont des keyloggers, aussi appelés enregistreurs de frappe. Leur fonction première est d’enregistrer toute l’activité qui se passe sur votre ordinateur, notamment la saisie au clavier. Mais avec l’avancée technologique, les keyloggers sont maintenant capables de fonctions beaucoup plus avancées, comme par exemple enregistrer le contenu de conversations Skype, un micro ou encore une webcam.

Un keylogger peut être un dispositif physique, façon clé usb, ou bien un logiciel espion. Bien souvent, les antivirus ne détectent pas les keyloggers, notamment parce certains programmes en utilisent pour créer des raccourcis clavier par exemple. En revanche un keylogger laisse malgré tout des traces, puisqu’il envoie généralement des mails à intervalles réguliers pour tenir compte de l’activité d’une machine. Vérifier l’activité de sa connexion est donc une première vérification qu’il est possible de faire. De même, le keylogger doit se lancer à chaque démarrage de Windows, vous pouvez donc jetez un œil aux programmes qui se lancent au démarrage du système pour vérifier qu’aucun logiciel suspect ne démarre de façon récurrente.

Si vous avez des doutes et que vous ne voulez absolument pas être tracé, il est toujours possible d’installer un logiciel de cryptage des touches, comme Keyscrambler. Sinon, une façon simple de tromper un keylogger est de saisir vos informations sensibles, comme un mot de passe ou un numéro de carte bancaire, dans le désordre. Les logiciels enregistrent une suite de touche dans l’ordre, il suffit donc de le briser pour que les informations captées par le logiciel espion soient fausses ! Attention également à l’installation de logiciels provenant d’une source inconnue, de même qu’aux autorisations que ceux-ci vous demandent. Dès que vous acceptez, il devient légal pour tout logiciel d’agir sur votre machine.

Utiliser un keylogger

Si en revanche vous souhaitez examiner vous-même l’activité de votre machine parce que vous pensez que quelqu’un l’utilise à votre insu, alors le keylogger devient votre meilleur allié. Dans ce cas-ci, à vous de configurer le logiciel comme bon vous semble pour mettre l’accent sur tel ou tel périphérique d’entrée, pour surveiller les conversations, pour désinstaller tel ou tel programme sans laisser de trace etc. Les keyloggers avec les fonctions les plus complètes sont quasiment tous payants, certains ayant version limitée gratuite.

Un keylogger payant présente de multiples avantages : vous pourrez le rendre totalement invisible pour d’autres utilisateurs, l’exécuter en tâche de fond sans qu’il soit détectable à moins de fouiller dans le processus Windows et de savoir ce que l’on cherche, le programmer pour vous envoyer des mails de façon régulière pour vous faire un rapport d’activité… Vous l’aurez compris, ces logiciels sont très puissants. Utilisés à bon escient, ils peuvent vous sortir d’un mauvais pas. Mal utilisés, ils peuvent vous rendre coupable d’espionnage dans le monde professionnel par exemple. A ne pas mettre entre toutes les mains !

Articles similaires

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>