Les jeunes nés en 2017 seront les derniers à “posséder” un véhicule

Par posté le 9 mai 2018

Moins de 38% des jeunes passent aujourd’hui leur permis de conduire dès 18 ans en Belgique, contre plus de 44% en l’an 2000. Un recul progressif mais constant, selon l’IBSR, qui constate une évolution des mentalités chez les jeunes citadins.

Crédit photo : DR

Crédit photo : DR

Car si les jeunes chérissent toujours autant leur liberté, ils savent aujourd’hui qu’il n’est plus nécessaire d’avoir le permis pour être libre de faire ce qui leur chante. L’efficacité des transports en commun y est pour quelque chose, mais pas que. Car un peu partout en Europe, on observe aujourd’hui le même phénomène. Pourquoi investir dans une voiture et un permis quand il est possible de se mouvoir très facilement en utilisant un service de car-sharing ou un service de covoiturage ? Les jeunes de 25 à 35 ans sont de plus en plus nombreux également à adopter les services de car-sharing, comme DriveNow ou ZipCar, déjà bien implantés dans la capitale. Et pour cause, puisque « partager un véhicule » avec d’autres personnes leur permet de réaliser d’importantes économies, tout en leur épargnant bien des ennuis. Grâce à ces applications, plus besoin de se soucier où on laisse son véhicule, plus besoin de faire le plein ni de signer des papiers d’assurance.

Plus besoin non plus de devoir payer le parking à chaque déplacement. Il suffit de sortir son smartphone de sa poche, se connecter à son compte, rechercher un véhicule à proximité, rentrer dans la voiture et le tour est joué. La plupart de ces applications facturent leurs services à la minute. Toutefois, il est possible de se faire parrainer, et leur modèle économique offre la possibilité à ceux qui ont un porte feuille moins garni de collecter des « minutes gratuites » en faisant par exemple le plein.

Si le taxi et Uber ont la cote pour les petits déplacements, le car-sharing reste donc une solution intéressante pour faire ses courses, et pour toutes les petites tâches de la vie quotidienne.

Pour autant, tout le monde n’est pas encore prêt à sauter le pas. Pour beaucoup de personnes aujourd’hui, renoncer à sa voiture représente un acte qui nécessite un très long raisonnement – en particulier pour les adeptes des vacances en voiture – et bien d’ailleurs que des alternatives existent déjà ! La transition devrait donc se faire de façon progressive. D’abord, dans les villes, puis les agglomérations. Car le phénomène est de toute façon déjà engagé. En 2030, le car-sharing devrait régner en maître. « Les jeunes nés en 2017 seront les derniers à posséder un véhicule » explique Ben Wood, analyste chez CSS Insight. Si on en est encore loin, les constructeurs automobiles ont déjà amorcé cette transition. BMW a été l’un des premiers à investir dans cette technologie avec DriveNow, l’un des principaux acteurs sur la scène européenne.

Le groupe allemand a également été l’un des premiers à proposer à ses clients nord-américains la conduite par abonnement. Les constructeurs automobiles se bousculent également pour sceller des accords avec ces nouveaux acteurs, avec parfois de très gros deals à la clé. Uber prévoit ainsi de déployer une flotte de plus de 20.000 véhicules autonomes aux Etats-Unis à l’horizon 2019.

Tout ceci aura bien sûr un très gros impact sur notre société, tant sur le plan écologique qu’en ce qui concerne la mobilité en ville, qui devrait s’en retrouver grandement améliorée. Car moins de voitures signifie moins de trafic, moins de pollution et moins d’accidents. Rien de surprenant dès lors à ce que les autorités locales soutiennent déjà activement le déploiement des services de car-sharing…

Retrouvez l’intégralité de notre dossier “La voiture du futur” à cette adresse.

Responsable des blogs Geeko et Belgium-iPhone. Retrouvez-moi sur twitter : @etiennefroment

Articles similaires

4 Comments

  1. Jeanne

    9 mai 2018 at 23 h 11 min

    Serait-ce du contenu sponsorisé par Drive Now?
    Car, si je ne m’en trompe, il faut toujours un permis pour conduire une voiture, même en car-sharing!

    J’aime beaucoup la plume d’Etienne Froment habituellement. Mais là, je dois avouer une grosse grosse déception pour cette pub déguisée. :-/

    Vous valez mieux monsieur Froment!

  2. Matt jaxsun

    10 mai 2018 at 3 h 51 min

    Cet article me fait rire à une époque où l’on nous demande d être de plus en plus polyvalent et flexible!
    Encore du lobbying ou du marketing politique. Une pub de drive now ! je pense que je vais relancer un mouvement révolutionnaire , mai 68 n’a mas suffit , l’état veut tout contrôler et moutons comme nous sommes, le peuple suit! STOP
    Reveillez-vous , arrêtez de vous faire manipuler et réagissez, nous sommes libre d actes et de pensées alors laissez vous guider par votre instinct et regagnez votre liberté. Ne voyez vous donc pas que l on veut nous contrôler autant que nous posséder afin de financer les caisses de l’état et subvenir au besoins des magniats des 4 étoiles guides Michelin. Stop au gavage du peuple cirrhosé par ces non apte à la connaissance et à l evolution du peuple, Avé César ! Panem et circenses … ce temps est révolu chers politiciens !
    Un permis c est une porte vers la découverte et la liberté alors foncez !

  3. Daniel

    10 mai 2018 at 8 h 43 min

    Il y a trente ans, il y avait dans mon quartier une voiture par maison, de nombreux habitants utilisaient leur vélo. Maintenant, il y a deux, trois ou plus de voitures par maison qui démarrent toutes entre 6h et 8h le matin avec souvent des enfants et bébés à bord, je ne vois plus les vélos que le week-end et il est difficile de compter les livraisons de colis durant la journée…. il y a la réalité et … les rêves de certains ….

  4. Quadflieg Laurent

    10 mai 2018 at 13 h 04 min

    En 18 ans la droite (qui influence en grande partie la commission EU) a fait en sorte que les principes de droite soient pris en compte par ce que certains faibles d’esprit appellent une science, j’ai nommé “l’économie”.
    Que dit la droite et leur économie?
    Flexibiliser l’emploi:
    Traduction,
    Les travailleurs n’ont plus à avoir de certitudes
    Comme cela on peut baisser les salaires.
    Conséquence:
    Moins d’emplois stables (oui les emplois créés sont en majorité des emplois précaires!) et nos enfants seront plus pauvres que nous, leurs parents!
    Conséquence,
    les jeunes restent chez leurs parents plus longtemps
    d’où …
    Pas de nécessité d’avoir un permis dès 18 ans car les parents continuent à assurer les tranasport pour motif économique.
    Ce constat de diminution de passage de permis à 18 ans n’a donc rien à voir avec les transports en commun ni encore moins avec Uber qui ne sévit que dans les grandes villes…

    Ceci dit, en 2050 le pétrol ne devrait plus servir directement à la fabrication de carburants, et on peut s’en féliciter.

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>