Des employés d’Uber livrent une piste d’explication concernant l’accident qui a coûté la vie à une habitante de Tempe, dans la banlieue de Phoenix en mars dernier.

Des agents de la NTSB inspectent le véhicule Uber qui a percuté Elaine Herzberg.
Des agents de la NTSB inspectent le véhicule Uber qui a percuté Elaine Herzberg.

Encore en attente du rapport d’enquête du Conseil national de la sécurité des transports américain (NTSB), la mort de Elaine Herzberg, 49 ans, n’est pas encore expliquée, mais des pistes de réponses font petit à petit leurs apparitions, et ce n’est pas positif pour Uber.

Selon le journal digital The Information, la Volvo modifiée de Uber aurait bel et bien vu Elaine Herzberg traverser la rue, mais le logiciel était configuré d’une telle façon qu’il aurait « décidé » de ne pas prendre des mesures évasives et aurait identifié la femme comme un faux positif.

Pourquoi la voiture a-t-elle réagi comme ça ? Selon des responsables Uber, les voitures autonomes sont amenées à ignorer certains types d’objets sur la route, comme des sacs en plastique ou des morceaux de carton. Le système a alors la possibilité d’ignorer ces faux positifs. Dans le cas d’Elaine, le réglage du logiciel était beaucoup trop permissif, et la voiture n’a pas réagi assez vite.

Le conducteur présent dans l’habitacle n’avait pas les yeux sur la route au moment où la voiture renversa Elaine, à environ 65km/h.

Les entretiens avec des anciens employés Uber indiquent que le nombre de capteurs LIDAR a été diminué depuis le passage de la Ford Fusion à la Volvo XC90 SUV. Face à la concurrence du marché des voitures autonomes, Uber aurait déployé ces nouvelles voitures dans l’urgence, se limitant à un seul capteur LIDAR monté sur le toit de la Volvo, alors que l’ancien modèle Ford en embarquait six de plus.

Pour ne rien arranger, des mails récupérés par le journal britannique The Guardian indiquent que le gouverneur de l’État de l’Arizona aurait agi de connivence avec la société, probablement en détriment de la sécurité publique. L’échange de mail indique que les premières voitures autonomes Uber ont été autorisées par le gouverneur dans le plus grand secret. Les échanges de mails ont commencé en 2007, et le gouverneur n’a depuis cessé de vanter les mérites de la compagnie. Après l’incident de Phoenix, il a tout de suite mis un terme au permis d’Uber de faire fonctionner ses voitures autonomes dans l’État de l’Arizona.