Les 5 incontournables de l’expo Star Wars à Bruxelles (vidéo)

Par posté le 7 mai 2018

L’exposition Star Wars Identities achève sa tournée européenne dans la capitale. Elle pose ses valises pendant 5 mois, et dans ces valises, on retrouve des objets pour lesquels n’importe quel fan de Star Wars serait prêt à tuer.

Crédits : F.F.

Crédits : F.F.

Parmi l’exposition, nous avons relevé 5 pièces, costumes, objets ou anecdotes, des petites pépites à ne pas manquer dans cette exposition.

Découvrez-les en vidéo ci-dessous:

Le masque de Ponda Baba

Crédits : F.F.

Crédits : F.F.

Ce personnage ne vous dit peut-être rien, mais il est pourtant présent dans l’une des scènes les plus mythiques de la saga. Ponda Baba, c’est ce criminel qui affronte Luke Skywalker dans la cantina sur Tatooine. De cette scène, c’est l’une des rares pièces qui ait survécu à l’épreuve du temps.

La cantina est peut-être à l’origine-même de tout l’univers Star Wars puisque c’est l’une des premières idées qui ont germé dans l’esprit de George Lucas. Il voulait réaliser un film dans lequel des aliens puissent boire un verre naturellement, comme n’importe quel être humain dans un bar.

Les croquis de Yoda et Chewbacca

Crédits : F.F.

Crédits : F.F.

Tout au fil de Star Wars Identities, sont disséminés des croquis et concepts liés à la créations des personnages. À cet instant, on réalise l’ampleur du travail en amont du tournage des films. Mais on réalise aussi à quel point les protagonistes auraient pu être différents de ceux que l’on connaît aujourd’hui.

Afin de guider Luke Skywalker, George Lucas avait besoin d’un être sage après la mort d’Obi-Wan Kenobi. C’est ainsi que le personnage de Yoda a été conçu. À travers une douzaine de croquis, on peut voir que le vénéré maître de Luke n’est pas passé très loin de ressembler à un nain de jardin.

Crédits : F.F.

Crédits : F.F.

L’autre personnage qui a réchappé de peu à la potence, c’est Chewbacca. Sur une fiche scénaristique, on peut voir une scène scène entre Han Solo et Chewie, avec des oreilles pointue et une tête bien différente de celle qu’on lui connaît.

Les casques rebelles

Crédits : F.F.

Crédits : F.F.

6 casques rebelles originaux portés durant le tournage par des acteurs trônent au milieu de l’exposition. Si l’usure du temps les rend tellement réalistes qu’on pourrait presque croire qu’ils ont réellement été utilisés dans de véritables batailles, il est un fait qui les rend plus unique encore.

La raison pour laquelle les visières ont été teintes en jaune n’est ni d’ordre esthétique, ni pour protéger les yeux des rebelles du soleil, c’était en réalité pour masquer le maquillage des acteurs qui coulait en permanence sous l’écrasante chaleur des plateaux de tournage.

Les maquettes des vaisseaux

Crédits : F.F.

Crédits : F.F.

Aujourd’hui, l’usage de la modélisation 3D est répandu partout au cinéma. Il n’est même pas envisageable d’employer des maquettes pour filmer une bataille dantesque dans l’espace. Pourtant, c’est de cette manière qu’a procédé l’équipe de tournage lors de la première trilogie (tournée, et non chronologique).

Parmi les vaisseaux, on peut ainsi voir des chasseurs, bombardiers et intercepteurs TIE, des chasseurs X-Wing, Y-Wing, A-Wing, ou encore la navette impériale. Mais la plus imposante maquette qui figure dans l’exposition est celle du Destroyer stellaire impérial employée pour le tournage de l’épisode V de la saga, trois fois plus volumineux que celui employé lors de l’épisode précédent. A contrario, le Faucon Millénium exposé et utilisé dans l’épisode V est deux fois plus petit que son prédécesseur, compte tenu des pirouettes qu’il devait effectuer.

Les costumes de R2-D2 et de Dark Vador

Crédits : F.F.

Crédits : F.F.

Parmi tous les costumes dont regorge le Palais 2, il en est deux qui sont incontournables. L’un trône parmi les autres droïdes – mot qui, pour le coup, a été inventé par George Lucas – il s’agit bien entendu de R2-D2. Le modèle présenté à l’exposition était télécommandé depuis l’intérieur par l’acteur qui se faufilait à l’intérieur, Kenny Baker.

Enfin, le costume que tout le monde s’attend à voir, et qui marque la toute fin de l’exposition, c’est bien entendu celui de Dark Vador. Celui qui a basculé du côté obscur de la Force trône devant un jeu de lumière qui illustre ces deux facettes d’une même personnalité. Difficile de rester indifférent face au costume d’un des plus grands antagonistes de toute l’histoire du 7e art.

Quelques anecdotes de tournage…

En plus de toutes ces pièces uniques, l’exposition est riche d’anecdotes autour de la conception des personnages. Saviez-vous par exemple d’où venait le cri de Chewie ? Et bien sachez que Ben Burtt, l’ingénieur du son en charge de sa conception a eu l’idée de mixer les cris… d’un ours américain et d’un morse.

Crédits : F.F.

Crédits : F.F.

Saviez-vous que 5 marionnettistes étaient nécessaires pour mouvoir Jabba le Hutt ? Et que le gangster intergalactique devait déjà apparaître dans “Un Nouvel Espoir” ? Faute de temps et de moyens techniques, ce n’est donc que dans “Le Retour du Jedi” qu’il est apparu pour la première fois.

Au risque d’ébranler toutes vos convictions, sachez également qu’un graphique présente les vitesse et manœuvrabilité relatives de divers vaisseaux, dont le Faucon Millénium, qui ne figure pas en première position contrairement à ce qu’affirme Lando Calrissian.

Pigiste pour Geeko et Belgium-iPhone

Articles similaires

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>