La lutte contre les téléchargements illégaux est toujours au cœur du débat entre l’industrie du divertissement et les fournisseurs d’accès internet.

D.R.
D.R.

On en parlait fin mars, La BEA (Belgian Entertainment Association), qui représente les intérêts de l’industrie du film, de la télévision et de la musique en Belgique, a établi une liste de noms de domaines conduisant à des sites qui participent activement au piratage sur Internet.

La liste comprenait 33 sites internet ainsi que 450 noms de domaines dont la BEA estimait qu’ils avaient un rapport direct avec le téléchargement pirate.

Le jugement était attendu d’ici quelques jours, ou semaines tout au plus, mais il apparait que certains sites sont déjà bloqués.

En effet, depuis quelques jours, lorsqu’ils tentent d’accéder à des sites de téléchargement ou de streaming, les internautes tombent sur cette page:

31543313_10155952146163612_8678007547854061568_n

Plusieurs noms de domaines sont concernés, dont le site rlsbb.ru.

La page prévient l’internaute qu’un juge a constaté que ce site portait atteinte à des droits de propriété intellectuelle. L’internaute est ensuite dirigé vers la page “Online Fairplay”, qui lui offre un grand choix de solutions légales pour télécharger du contenu : films, télévision, jeux vidéo et livres.

Capture

En coulisses, on apprend que le Président du Tribunal de commerce de Bruxelles aurait ordonné aux fournisseurs d’accès à internet le blocage des 450 noms de domaine présents sur la liste de la BEA.

La lutte contre les téléchargements pirates est donc encore une fois relancée. L’utilité de ces blocages est toutefois toujours discutable, vu qu’à l’heure des VPN, il est très facile de contourner le blocage territorial. De plus, les pirates réagissent en général plus vite que les fournisseurs d’accès internet en mettant en place des sites miroirs.