Le milliardaire américain a fait une promesse de don de 12 millions de dollars pour développer un vaccin.

Crédit photo : AFP.
Crédit photo : AFP.

L’informaticien devenu philanthrope a annoncé via sa fondation Bill & Melinda Gates qu’il se lançait dans la lutte contre la grippe en investissant dans la recherche. Le but est de trouver un nouveau vaccin qui serait capable de lutter contre la maladie sur le long terme, comme un vaccin antitétanique par exemple. Douze millions de dollars sont alloués à ce projet, six provenant directement de la fondation Bill & Melinda Gates et six venant de la famille de Larry Page, co-fondateur de Google.

Un premier prix de 250.000 à 2 millions de dollars est destiné à trouver le vaccin puis à le tester sur des animaux et les 10 millions restants seront pour une expérimentation humaine. Sarah Gilbert, chercheur à l’université d’Oxford, explique que si le projet est louable, il n’est pas forcément réaliste : « Il existe déjà des vaccins universel très prometteur en développement. Le vrai palier est de tester ces vaccins expérimentaux sur des sujets humains, et c’est un entreprise très onéreuse ».

Un pas dans la bonne direction

Selon Gilbert, un test à grande échelle couterait la bagatelle de 100 millions de dollars, ce qui rendrait la proposition de Bill Gates insignifiante dans la recherche au vaccin contre la grippe. De son côté, le président d’une entreprise qui travaille sur un vaccin contre la grippe baptisée FluGen a confié au site américain The Verge qu’il voyait d’un très bon œil l’annonce du milliardaire. Il s’agit pour lui d’un pas dans la bonne direction, qui peut ouvrir la voie à d’autres financements si les résultats sont prometteurs. Il est vrai qu’avoir une personnalité aussi influente que Bill Gates derrière un projet qui a pour vocation d’améliorer la santé de tous est un coup de boost pour l’image de la recherche.