Un homme inculpé grâce à ses empreintes digitales, récupérées sur une photo sur WhatsApp

Par posté le 18 avril 2018

C’est une première pour les services de police du Pays de Galles, une technique révolutionnaire d’analyse d’empreintes digitales a été utilisée pour identifier un groupe de dealers.

Crédit Photo : AFP

Crédit Photo : AFP

D’après la BBC, la police scientifique du sud du Pays de Galles a arrêté 11 suspects liés au trafic de drogue. Une photo d’un homme tenant un sachet de pilules d’ecstasy a été retrouvée sur le téléphone d’un homme arrêté à Bridgend.

La photo ne laissait à priori pas beaucoup d’indices aux enquêteurs.

La photo récupérée sur WhatsApp.

La photo récupérée sur WhatsApp.

L’unité de la police scientifique a pourtant réussi à utiliser la photo et estime qu’il s’agit de la première condamnation de ce type. La photo a été récupérée dans une discussion WhatsApp d’un smartphone saisi par la police. La BBC ne précise pas comment la police a accédé aux messages, mais on imagine que le téléphone ne devait pas être verrouillé ou que le mot de passe était facilement trouvable. Une fois le téléphone débloqué, WhatsApp ne demandant pas d’authentification, les policiers ont eu tout le loisir d’éplucher le contenu des discussions.

Les enquêteurs ont ensuite pu utiliser la photo pour discerner les dermatoglyphes qui constituent l’empreinte digitale. Le bout des doigts n’étant pas visible sur la photo, la police scientifique a dû se concentrer sur les autres parties de la main. « Les dimensions et la qualité de la photo se sont révélées être un défi, mais les petites portions étaient suffisantes pour prouver que la personne était bien le dealer », explique le responsable de la police.

Ce fait divers met l’accent sur les potentiels abus liés aux photographies numériques, dont la qualité et la résolution ne font qu’augmenter. Dans ce cas-ci, l’utilisation a permis la résolution d’un crime, mais on peut facilement imaginer comment cette technologie pourrait être utilisée dans un tout autre but… Imaginez-vous, il suffit d’une photo où vos doigts sont visibles pour permettre à un pirate de déverrouiller votre téléphone.

Un exemple bien connu est celui du hacker Jan Krissler, qui avait exécuté une démonstration fort remarquée au rendez-vous annuel du Chaos Computer Club de Hambourg. À l’aide de photographies en hautes résolutions –dont l’une avait été récupérée sur l’organe de presse officiel du gouvernement-, Jan Krissler avait réussi à recréer les empreintes digitales de la ministre de la Défense allemande.

Pigiste chez Geeko et Belgium-iPhone.

Articles similaires

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>