#DeleteFacebook : les internautes ne suivent pas

Par posté le 29 mars 2018

L’engouement pour le hashtag #DeleteFacebook est énorme, mais les statistiques de connexions au réseau ne reflètent pas du tout cette tendance.

Crédit photo : AFP

Crédit photo : AFP

Le scandale Cambridge Analytica fait toujours parler de lui, aussi bien auprès des entreprises que des utilisateurs. L’utilisation sournoise des données personnelles a poussé des milliers de personnes à annoncer sur les médias sociaux leurs vexations et surtout leur volonté de quitter Facebook.

Le cabinet d’étude des médias Sysomos annonce que plus de 400.000 tweets contenant le hashtag #DeleteFacebook ont été émis ces 30 derniers jours, principalement aux USA et au Royaume-Uni. Ce nombre conséquent a d’ailleurs fait peur aux investisseurs puisque l’action Facebook a perdu 58 milliards de dollars la semaine passée.

Un engouement à priori dramatique pour Facebook, mais le nombre d’utilisateurs actifs démontre qu’il s’agit en fait d’un effet de mode. Effectivement, les chiffres du mois passé dévoilent que très peu d’utilisateurs ont joint les actes à la parole.

C’est même l’effet inverse, puisque les chiffres pour les USA et le Royaume-Uni montrent une augmentation considérable de l’activité des utilisateurs. Mieux, le nombre de nouveaux utilisateurs a augmenté de 4% lors des trois derniers mois. Ceci alors que ces deux pays abritent la majorité des hashtags #DeleteFacebook.

Le même constat est valable pour l’Inde, où le nombre d’inscrits a fait un bon de 12% en trois mois tandis que plus de 30.000 tweets appelaient à quitter Facebook.

Les statistiques liées à l’activité des internautes ne nous permettent cependant pas de savoir la raison de leur visite sur Facebook. Il est possible que l’augmentation d’activité reportée soit liée au fait que les utilisateurs se soient connectés au réseau uniquement pour modifier leurs paramètres de confidentialités.

Une autre étude vient confirmer le fait que l’application Facebook n’a jamais été aussi utilisée. Facebook Messenger n’a également pas vu de baisse de fréquentation significative ces 30 derniers jours.

On peut en conclure que Facebook fait tout simplement partie intégrante de la vie de ses 2.2 milliards d’utilisateurs à travers le monde. Certes, le scandale Cambridge Analytica aura mis en lumière les dérives du réseau social, mais pas de manière suffisante à faire fuir ses utilisateurs pour de bon.

Pigiste chez Geeko et Belgium-iPhone.

Articles similaires

3 Comments

  1. SIMON Louis

    29 mars 2018 at 16 h 41 min

    Comment voulez vous qu’on se débarrasse de FB. Pour pouvoir intervenir sur les forums de CE journal “et des autres aussi d’ailleurs) IL FAUT FB pour pouvoir y intervenir ???

  2. Stéphane

    29 mars 2018 at 18 h 49 min

    Va peut-être falloir un poil plus de recul. Le scandale a 2 semaines, les stats dans cet article parlent des trois derniers mois, ou du mois en cours (qui est même pas fini).

    Un peu de bon sens.

  3. LilAngel

    7 avril 2018 at 11 h 03 min

    utiliser un hashtag ne veut pas dire qu’on soutient le message du hashtag: on peut dire “ce mouvement est stupide #deleteFacebook” et cela rend tout de même le # populaire et c’est comptabilisé…

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>