Test – de Blob 2 : un remaster qui vous met en couleur

Par posté le 13 mars 2018

Sorti en 2011 sur PC, Wii, PS3 et Xbox 360, le jeu de plates-formes vous demandant de redonner ses couleurs à une mégapole grisâtre revoit le jour sur PS4 et Xbox One. Un remaster très fidèle à l’original, trop peut-être.

de Blob 2

Le premier de Blob avait créé la surprise en 2008 sur Wii, PC et iOS avec son concept simple et son univers rafraîchissant et coloré. A l’origine projet d’étudiants néerlandais, le jeu mettait en action un extra-terrestre, le Blob, combattant un parti dictatorial dont le but est de supprimer toutes les couleurs de l’univers. Le Blob pouvant absorber la peinture et servir littéralement de pinceau ambulant, sa mission était de redonner leurs couleurs aux divers environnements parcourus.

Le concept, racheté à l’époque par THQ Nordic, demeure identique dans cette suite originellement sortie en 2011, et l’ennemi principal, le Camarade Noir, reprend lui aussi du service pour établir son emprise monochromatique sur Prisma City. De Blob et son amie robot Pinky partent donc à sa poursuite en repeignant tout ce qu’ils peuvent sur leur route, le tout dans un temps imparti.

Couleurs primaires

de-Blob-2 (1)

Nanti d’un corps spongieux, Blob peut totalement s’imbiber d’une couleur auprès de fontaines et autres chromabots (des réservoirs de peinture robotisés) avant d’aller repeindre les divers bâtiments, objets et habitants de Prisma City. Il suffit pour cela de simplement les toucher : une touche pour s’imbiber, une autre pour cibler les ennemis et enfin un bouton de saut forment la base du gameplay. L’une ou l’autre capacité spéciale demanderont une manipulation supplémentaire (super charge, bulle de protection, etc.), mais en gros, ce n’est pas plus compliqué que cela. Cela rend le titre immédiatement accessible aux plus jeunes, mais aussi très rapidement répétitif et donc assez lassant à la longue. D’autant que le game design propose un agencement de bâtiments relativement identique d’un niveau à l’autre.

Pour casser un peu cette monotonie, le titre intègre des passages en 2D dans les sous-sols de la ville, qui entrecoupent la progression principale en surface, qui se fait sur des cartes entièrement en 3D. Chaque niveau regorge de missions annexes et d’éléments à colorer, ce qui donne à l’ensemble une durée de vie plus qu’honorable (entre 15 et 20h pour les plus complétistes, une dizaine d’heure en ligne droite). Pour une trentaine d’euros, on n’est pas lésé.

Le son et l’image

de Blob 2 (2)

L’univers coloré (après intervention du Blob) est pour le moins séduisant et la bande son est très entraînante. Cette dernière est en effet particulière car évolutive : quasi absente au début de chaque niveau, elle apparaît petit à petit et devient de plus en plus rythmée au fur et à mesure que les environnements reprennent leurs couleurs. De plus, chaque pointe de couleur ajoutée offre une sonorité différente. Une sorte de mini-jeu musical dans le jeu principal, qui vous fera profiter de mélodies inspirées du jazz, de la bossa nova, du reggae ou encore du disco. Sur cet aspect, la sensation d’escapade est assurée.

Néanmoins, si vous aviez fait le titre à l’époque, ce remaster n’apporte en revanche rien de bien neuf. Visuellement correct, le titre tourne très bien, mais hélas la difficulté, assez faible, n’a pas été rehaussée. De même, la gestion de la caméra n’a pas été rectifiée, cette dernière étant trop souvent aux fraises et devant régulièrement être replacée. Ajoutons à la liste des agacements les sons insupportables émis par les PNJ lors des (heureusement) courtes animatiques ainsi qu’un déroulement très balisé où l’on est continuellement alpagué par des briefings et autres balises à suivre. Cela casse totalement la sensation d’escapade et de liberté que l’ambiance musicale tentait justement de créer. Dommage.

Signalons enfin la présence du mode coopération qui est toujours sans grand intérêt (le second joueur pouvant assister le personnage principal en tirant sur les ennemis et en ramassant des items). Le mode multi Blob est quant à lui un peu plus excitant et demande d’accomplir à deux plusieurs épreuves dans des arènes inspirées du mode aventure. Celui qui marque le plus de point remporte la manche. Efficace mais tout à fait dispensable.

Les + :

- Un univers coloré toujours aussi rafraîchissant
- Une bande son évolutive
- Une durée de vie plus que correcte

Les - :

- Une progression et un gameplay répétitifs
- Une gestion de caméra laborieuse
- Les « voix » agaçantes des personnages
- Une difficulté peu élevée
- Trop balisé
- Ajouts inexistants par rapport à l’original

Conclusion

De Blob 2 conserve son concept simple et efficace qui consiste à repeindre des bâtiments au son de mélodies entraînantes. Malheureusement, on finit par s’en lasser un peu trop rapidement, la faute à une progression répétitive et un gameplay pas suffisamment creusé. Ponctuellement, la gestion maladroite de la caméra vient quelque peu ternir l’aventure pourtant colorée de cet étrange jeu de plates-formes. A tenter uniquement si vous n’y aviez pas déjà joué à l’époque, les changements apportés par ce remaster n’étant ici que d’ordre purement visuels.



12/20


Rédacteur sur les plateformes Geeko et Belgium-iPhone, je suis un cinéphile acharné ainsi qu’un authentique gamer, amateur de technologies. Trois noms incontournables qui ont forgé ma geekitude grâce à leur génie: John Carpenter, Shigeru Miyamoto et Steve Jobs.
Twitter : @SamuelTub

Articles similaires

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>