4 choses que vous ignoriez au sujet du Bluetooth

Par posté le 12 mars 2018

On s’en sert quotidiennement, mais on ne connait pas forcément ni son architecture ni l’origine de son nom. Suivez le guide !

Crédit photo : AFP.

Crédit photo : AFP.

Bluetooth était le surnom d’un roi danois

Le nom de la technologie a été trouvé par Jim Kardach, un consultant d’Intel, en 1997. Kardach travaillait sur cette technologie sans fil (créée par Ericsson en 1994) en même temps qu’il lisait un livre sur les Vikings. Dans ce livre, l’histoire du roi Harald “Blåtand” Gormsson, qui a unifié plusieurs peuples danois pour ériger le royaume du Danemark, a inspiré Kardach. Comme le Bluetooth est une technologie censée unifier et faire correspondre des appareils entre eux, le nom était tout trouvé. Bluetooth est simplement l’anglicisme du mot “Blåtand”.

Crédit photo : Redice

Crédit photo : Redice

Le sigle du Bluetooth est d’ailleurs formé des initiales du nom du roi et d’inscriptions Vikings. Quant à savoir pourquoi Harald 1er de Danemark, dit Harald à le dent bleu, était surnommé ainsi, il n’y a pas d’histoire officielle. Plusieurs sources avancent toutefois que le roi consommait beaucoup de baies comme des airelles et myrtilles, qui colorent la bouche et les dents.

Le Bluetooth est organisé en un réseau maître/esclave

Tous les appareils connectés entre eux via le Bluetooth n’ont pas le même statut. On parle de configuration maître/esclave pour expliquer le réseau formé par des appareils connectés, appelé picoréseau. L’appareil maître peut transmettre et recevoir des données d’un ou plusieurs esclaves, jusqu’à sept différents. En revanche, un esclave peut seulement échanger avec un maître et ne peut pas échanger avec les autres esclaves du picoréseau.

Crédit photo : Trends in telecom.

Crédit photo : Trends in telecom.

C’est comme ça qu’il est possible de connecter plusieurs périphériques Bluetooth a un seul appareil, par exemple un clavier, une souris et des haut-parleurs à un seul ordinateur. Jusqu’à 10 picoréseaux peuvent cohabiter dans une même zone géographique sans craindre d’interférence.

Les ondes générées sont moins dangereuses que le Wi-Fi ou la 4G

Un des gros reproches adressés aux connexions sans fil est le danger généré par les ondes. Si la question est d’actualité pour des réseaux Wi-Fi et 4G longue portée, elle est moins importante pour le Bluetooth. La plupart des appareils Bluetooth embarquent en effet une connexion de Classe 2, c’est-à-dire avec une portée théorique maximum comprise entre 10 et 20 mètres. Le danger est quant à lui plutôt pour les appareils de Classe 1, dont la portée maximum de 100 m les rend aussi puissants qu’une borne Wi-Fi. A l’heure actuelle, on ne trouve ce genre d’appareils que dans les applications industrielles.

Crédit photo : Emaze

Crédit photo : Emaze

Commes les périphériques sans fil vendus dans le commerce sont de Classe 2, ils ne présentent donc quasiment pas de risques. Les casques Bluetooth ont même l’avantage d’éloigner le téléphone de la tête de l’utilisateur lors d’un appel, ce qui l’expose à moins d’ondes nocives. Les spécialistes estiment que si le Bluetooth présentait vraiment un danger, les tumeurs cérébrales auraient drastiquement augmenté ces dernières années, ce qui n’est heureusement pas le cas.

Le Bluetooth a changé de fonction au fil des évolutions

Quand elle a été lancée, la norme Bluetooth avait pour mission de faciliter l’échange de donnés en rendant le processus sans-fil. Les premiers téléphones qui en étaient équipés dans les années 2000 se limitaient ainsi à la réception ou l’émission de fichiers comme des photos et des musiques. Le processus était long et si les téléphones étaient éloignés de quelques mètres, la connexion était interrompue.

bluetooth

Nous en sommes aujourd’hui à la cinquième itération de la norme et l’utilisation principale du Bluetooth est la connexion d’objets « intelligents », qui communiquent sans fil et échangent des données en permanence avec l’objet « maître » auxquels ils sont connectés. Le Bluetooth est désormais partout : sur nos smartphones, dans nos voitures, dans notre maison… D’autres normes sans-fil comme le NFC existent également, mais le Bluetooth reste pour le moment la plus répandue pour appairer deux appareils. Sa fonction a donc évolué au fil des années, les utilisateurs préférant utiliser le Wifi Direct ou le cloud pour l’échange ou le transfert de fichiers.

Articles similaires

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>