Plus de 45 opérateurs ont déjà signé un accord avec Huawei, qui jouira d’une situation de quasi-monopole en Europe avec le déploiement de son réseau 5G.

Crédit photo : AFP
Crédit photo : AFP

Déjà considéré comme le principal acteur du marché en Belgique, Huawei devrait encore renforcer sa situation de leader sur le marché des télécoms en Europe avec l’arrivée de la 5G.

Lors du Mobile World Congress, le géant chinois a confirmé avoir signé des accords avec plus de 45 opérateurs internationaux pour le déploiement de la 5G, laissant sur le carreau ses deux principaux concurrents européens, Nokia et Ericsson qui s’inquiètent de la situation de monopole vers laquelle le marché tend aujourd’hui.

Si l’Europe est en retard sur ses voisins, Huawei entend accélérer le déploiement de la 5G. “Il est fort probable que nous déploierions les premiers réseaux 5G fin-2018″ a déclaré Ken Hu, le PDG du groupe, à l’occasion du salon des télécoms de Barcelone.

Aux Etats-Unis, le géant chinois se heurte en revanche à une forte résistance de la part des autorités, qui encouragent les opérateurs à ne pas signer d’accord avec Huawei pour des raisons sécuritaires. Il y a quelques jours, le F.B.I. et la C.I.A. déclaraient également que les smartphones Huawei n’étaient pas sûrs, soulevant une vague de protestation en Chine.

Le débat s’est récemment étendu jusqu’en Australie, où le gouvernement étudie aussi les liens de Huawei avec le gouvernement chinois. “Nous sommes désireux de conduire des discussions transparentes avec le gouvernement australien” a indiqué Ken Hu lors d’une conférence à Barcelone, rappelant que son entreprise avait un pédigrée irréprochable.

En Belgique, Huawei n’a pas encore confirmé travailler sur le déploiement d’un réseau 5G avec les opérateurs locaux. L’entreprise chinoise serait toutefois sur le point de signer des accords avec les principaux opérateurs du pays.