Nintendo, ce n’est pas uniquement le Game Boy et Super Mario. L’histoire de la marque japonaise remonte au 19ème siècle et est riche en anecdotes.

Crédit photo : AFP.
Crédit photo : AFP.

Tout a commencé avec des cartes à jouer

mariohanafuda3

En 1889, Fusajiro Yamauchi fabrique des cartes Hanafuda pour un jeu traditionnel japonais, et commence à les commercialiser à Kyoto. En 1947, une société de distribution nommée Marufuku est créée afin de pouvoir exporter les cartes à l’étranger. Le nom Nintendo Playing Card n’arrivera qu’en 1951 avec Hiroshi Yamauchi, l’arrière-petit-fils du fondateur de la marque qui restera à sa tête jusqu’en 2002. Selon la légende, les cartes originelles servaient aux jeux d’argent, souvent la chasse gardée des Yakuza. Aujourd’hui, on en trouve à l’image des personnages emblématiques de l’univers Nintendo.

Mario n’a pas toujours été la mascotte

Nintendo n’a pas toujours fait confiance au petit plombier pour la représenter. La marque avait en effet une autre mascotte, Diskun, dans les années 1980. En 1983, Diskun était la mascotte pour la console japonaise Famicom (connue chez nous sous le nom de NES). Il ressemblait à une pièce de puzzle jaune et a fait quelques apparences dans des jeux comme Super Smash Bros. Fusion, Mario Party : Charged! et Mii Life.

La DS aurait pu s’appeler City Boy

Sortie en 2004, la DS (pour Dual Screen), aurait bien pu être affublée du nom City Boy. Un brevet a en tout cas été déposé par Nintendo of America un peu avant la sortie de la console, destiné à désigner un objet hardware. L’idée derrière le nom était de faire écho à l’iconique Game Boy d’antan, mais en ciblant un public un peu plus âgé, urbain et fan de l’univers Nintendo. C’est finalement DS qui sera choisi pour éviter de salir le nom Game Boy en cas d’échec de la console.

La Playstation a failli appartenir à Nintendo

On connait tous la Playstation, conçue par Sony. Mais avant de se lancer dans l’aventure jeux vidéo, Sony avait créé un partenariat avec Nintendo pour l’aider à mettre un point un lecteur de CD-ROM. Il était destiné à figurer sur la remplaçante de la NES pour faire évoluer le format des jeux de la cartouche vers le CD-ROM. Le projet n’aboutira jamais, et les deux marques vont se brouiller pour une histoire de licence de jeux. En tout cas, c’est après avoir travaillé avec Nintendo sur un prototype de console que Sony se lancera dans le jeu vidéo, en dévoilant la Playstation en 1994.

Nintendo possédait un love hotel dans les années 60

Pour ceux qui ne seraient pas familier avec la chose, les love hotels sont des établissements qui proposent des chambres aux univers très travaillés (heroic-fantasy, ambiance gothique, à l’effigie d’un personnage d’animé…) que des couples peuvent louer pour quelques heures ou une nuit. Le but étant bien entendu de pouvoir profiter d’une relation en toute discrétion. Le fait que Nintendo, l’entreprise vidéo ludique qui se veut aujourd’hui très tournée vers la famille, en ait possédé un est quelque peu étonnant ! Après les cartes à jouer, Nintendo essayait surtout de se diversifier au maximum. La marque aurait pu donc devenir tout autre chose que ce qu’elle est aujourd’hui.

Nintendo a commercialisé des cartes à jouer pour adultes

Crédit photo : beforemario.com.
Crédit photo : beforemario.com.

Dans la même veine que le love hotel, Nintendo était aussi connu au Japon pour produire des cartes à jouer érotiques. Ces cartes ont notamment fait le bonheur des soldats américains qui occupaient le territoire après la seconde guerre mondiale. Les cartes figuraient souvent des femmes japonaises mais quelques exceptions ont existées, comme certaines cartes à l’effigie de la pin-up Playboy Marilyn Monroe.

Le Game Boy a été inventé par un agent de maintenance

Gunpei Yokoi était chargé de l’entretien d’une machine qui fabriquait les cartes Hanafuda. Pendant sont temps libre, il créait des jouets pour ne pas s’ennuyer à son poste. Le patron de Nintendo Hiroshi Yamauchi est un jour tombé sur une de ces créations et lui a demandé d’en créer plusieurs autres. C’est ainsi que Yokoi a rapidement gravi les échelons de l’entreprise. Yokoi aura une carrière plus que couronnée de succès puisqu’on lui doit la Game Boy, la physique de Mario et l’introduction de Luigi, mais aussi la croix directionnelle, aujourd’hui présente sur toutes les manettes de consoles de jeux vidéo.

Pokémon n’appartient pas (entièrement) à Nintendo

Il serait facile de croire que Nintendo détient 100 % de Pokémon, mais en réalité c’est The Pokémon Company qui en est propriétaire. Là où les choses se compliquent, c’est que The Pokémon Company est une co-entreprise détenue à parts égales par Nintendo, Game Freaks (qui conçoit les jeux) et Creatures Inc. qui s’occupe des cartes. En théorie, Nintendo n’a donc que 33.3 % de Pokémon, sauf que Creatures Inc. (auparavant Ape Inc.) serait en fait une filiale de Nintendo bien que rien ne semble le confirmer ou l’infirmer officiellement. En tout cas, le créateur d’Ape Inc., Tsunekazu Ishihara, n’est autre que l’actuel président de The Pokémon Company. Les liens semblent donc très étroits entre les différentes entités qui composent The Pokémon Company.

Nintendo a essayé de concurrencer LEGO

Crédit photo : before mario.com.
Crédit photo : before mario.com.

Des petites briques de construction estampillées Nintendo ont bel et bien existées sous le nom N&B Blocks. Le but était de concurrencer la référence du segment, LEGO. Certains sets de N&B Blocks étaient arrondis pour se différencier des briques danoises. Mais d’autres étaient extrêmement proche, à la dimension près, de sorte que les deux systèmes pouvait fonctionner ensemble. Gunpei Yokoi participera à l’élaboration d’un set mais malgré un procès gagné contre LEGO, les N&B Blocks ne seront commercialisés qu’entre la fin des années 1960 et le début des années 1970.

Nintendo a revendu Rare à Microsoft

Bien qu’il ait commencé en tant qu’indépendant dans les années 1980, le développeur de jeux vidéo Rare passe dans le giron de Nintendo en 1995 quand la société décide d’en devenir actionnaire majoritaire. Le studio de développement avait déjà travaillé sur des titres destinés aux consoles Nintendo, mais Rare est surtout connu pour la sortie de GoldenEye 007 en 1997 sur Nintendo 64. Acclamé unanimement par la critique, le jeu va devenir une véritable icône de la console et du style FPS en général. Malgré ce coup d’éclat, Rare a eu ensuite du mal à se renouveler, ce qui a conduit à la revente du studio de développement à Microsoft en 2002. Depuis, Rare s’est notamment investi dans le projet Kinect.