49 opérateurs et 9 fabricants de smartphones soutiennent déjà ce nouveau standard.

rcs

Vous venez d’arriver à votre destination pour les vacances, et ping, vous recevez un SMS de votre hôtel qui vous demande si vous avez besoin d’un taxi. Vous cliquez sur Oui. Très bien, répond l’hôtel. Et voici un bon de réduction de 20% sur votre premier repas au restaurant, si vous cliquez sur “Ajouter au porte-monnaie”. Une version plus interactive et plus polyvalente des SMS point à l’horizon, et sera un sujet chaud lors du prochain Mobile World Congress.

Les SMS 2.0. À quoi pourraient-ils bien ressembler ? Pour faire bref, l’idée est de proposer les mêmes fonctionnalités populaires que dans les applications de messagerie actuelles, telles que Whatsapp, Facebook Messenger ou WeChat, directement dans nos textos. Ainsi, même sans connexion Internet, les utilisateurs pourront poursuivre des conversations en groupe, passer des appels vidéo, envoyer des sons et transférer des fichiers.

Les entreprises pourront également interagir avec leurs clients pour fournir un meilleur service. Les grands noms du secteur, parmi lesquels Google et Vodafone, travaillent à révolutionner la manière dont les consommateurs peuvent communiquer de façon plus dynamique avec les entreprises, qui n’auraient pas besoin d’applications dédiées mais pourraient utiliser des plateformes centralisées, les RCS (Rich Communications Services, ou services de communication enrichie) qui enverraient directement des informations vers nos téléphones.

GSMA, entité organisatrice du Mobile World Congress de Barcelone, pense que l’édition de cette année “marque un virage sur la route qui mène à la réalité commerciale” de la “technologie de transformation” des RCS.

Certains des acteurs principaux du domaine ont créé leurs propres marques et les testent en ce moment sur le marché, notamment Joyn et Message+, de Vodafone. Les utilisateurs d’iOS sont déjà familiarisés avec un tel concept, grâce à iMessage. Google dispose d’Android Message, rival d’iMessage, conçu pour utiliser les RCS, ainsi que Jibe, une plateforme de fondation RCS qui offre à la communauté mobile des outils flexibles pour lancer et gérer des services RCS, se positionnant ainsi pour pouvoir également proposer aux consommateurs ces SMS améliorés.

Mais aucun des acteurs actuels du marché n’est encore très connu pour le moment, surtout parce qu’un grand nombre de sociétés doivent travailler ensemble pour faire fonctionner les RCS. C’est là que GSMA intervient, représentant les intérêts des opérateurs mobiles du monde entier, rassemblant 800 opérateurs et 250 entreprises dans l’écosystème mobile au sens large du terme. Tout le monde est présent, des fabricants de téléphones et d’appareils aux éditeurs de logiciels, en passant par les fournisseurs d’équipements et les opérateurs Internet.

GSMA accueillera cette année au Mobile World Congress le “RCS A2P Future Messaging Lab”, avec 3Cinteractive, pour la dixième fois. Des orateurs s’exprimeront sur le sujet, tandis que des démonstrations sont attendues, notamment celles de Google Jibe, Android Messaging et Message+ (Vodafone).

Jusqu’ici, environ 49 opérateurs ont déjà lancé des fonctionnalités RCS, parmi lesquels KT et SK Telecom (Corée du Sud), Vodafone et Deutsche Telekom (Europe), tandis que de grands fabricants de téléphones ont promis de s’y mettre, notamment Alcatel, Asus, HTC, LG, Lenovo, Motorola, Samsung, Sony et ZTE.