Test – Age of Empires Definitive Edition : un classique du jeu de stratégie remis au goût du jour

Par posté le 21 février 2018

Après avoir remis au goût du jour Age of Empires 2 et Age of Mythology, Microsoft nous livre une refonte du premier volet de la franchise avec un remaster qui s’adresse avant tout aux plus nostalgiques d’entre nous.

age of empires definitive edition

Nombreux sont les joueurs qui se souviennent du premier Age of Empires. Et pour cause puisque le titre d’Ensemble Studios avait pratiquement créé un genre à lui seul en mixant brillamment stratégie en temps réel et gestion.

20 ans après sa sortie sur PC, Microsoft nous livre un remaster du jeu qui est surtout l’occasion pour le géant de l’informatique de dépoussiérer sa franchise avant de nous livrer le quatrième épisode tant attendu. Et vu l’âge du jeu, un joli coup de pinceau était nécessaire…

Dans la pratique, Microsoft nous livre toutefois une refonte assez pauvre du jeu. Le contenu est scrupuleusement identique à celui du jeu originel, à ceci près que le titre est désormais livré avec son extension The Rise of Rome. Aucune extension ni contenu inédit n’est en revanche au programme, contrairement aux remasters d’Age of Empires 2 et Age of Mythology… Le contenu du jeu étant relativement pauvre – par rapport à ses suites -, il aurait été bienvenu de découvrir de nouvelles civilisations ou unités.

age of empires definitive

Au niveau des mécanismes de jeu, le studio de développement a procédé à quelques ajustements qui sont plutôt les bienvenus, ajoutant par exemple quelques automatismes dans le comportement des villageois, qui sont désormais capables de prendre des décisions par eux-mêmes lorsque le travail vient à manquer, et n’attendent plus bêtement qu’on leur donne un ordre. La limite d’unités est revue à la hausse, dépassant désormais le seuil des 250 unités. Enfin, comme dans Rise of Rome, il n’est plus nécessaire de commander une unité à la fois – le joueur peut naturellement commander plusieurs unités, qui sortiront des casernes l’une après l’autre.

Le concept, lui, n’a toujours pas changé. A mi-chemin entre un jeu de gestion et un jeu de stratégie, Age of Empires propose de bâtir son propre empire en solo ou en multijoueur en partant d’un petit village préhistorique qu’il faudra faire évoluer, tout d’abord en partant à la recherche de ressources (pierre, bois, nourriture et or) avec ses villageois, puis en construisant une ville et en créant une armée qui permettra au joueur d’affronter ses adversaires sur la gigantesque carte.

Au cours de la partie, le joueur devra ainsi gérer ressources, combats, développement de son économie, alliances et évolution technologique. Si le concept a un peu vieilli, il n’en reste pas moins rudement efficace et tout bonnement passionnant.

age of empires definitive 2

Les parties pouvant durer plusieurs heures, il faudra être patient, et stratégique tant dans les affrontements que dans ses relations avec les autres joueurs. En multijoueur, il sera possible de jouer en équipe (jusqu’à 4 contre 4) ou en free-for-all. Une grande partie de l’intérêt du jeu repose toutefois sur la capacité des joueurs à forger de nouvelles alliances en cours de partie et à échanger des denrées pour terrasser leurs ennemis.

Malheureusement, et c’est sans doute le plus gros défaut du jeu : pas de Steam. Microsoft a opté pour le support exclusif de son Xbox Live, ce qui devrait avoir un gros impact sur l’aspect communautaire du jeu. Lors de nos différents essais, nous avons ainsi constatés de grosses difficultés à rejoindre une partie multijoueur. La décision de ne pas rejoindre le catalogue de jeux de Steam est d’autant plus surprenante que les autres épisodes de la série sont eux bien disponibles sur la plate-forme…

age of empires comparatif

Sur le plan technique, le studio de développement a opéré un travail extraordinaire. Fidèle au matériau d’origine, le remaster conserve le design caractéristique du tout premier Age of Empires tout en améliorant l’affichage (avec un zoom qui s’active avec la molette de la souris), la fluidité du jeu et le rendu global. Comme vous pourrez le voir dans l’image présentée ci-dessus, la différence saute aux yeux sans pour autant nous faire éclater la rétine. On aurait toutefois aimé que Microsoft aille plus loin dans le travail en revoyant par exemple l’intelligence des unités – parfois désastreuse – ou le mode solo – trop proche d’un didacticiel. Pour 20€, difficile de se plaindre tant le travail réalisé rend honneur à ce chef d’œuvre du jeu vidéo. Mais à n’en pas douter, Age of Empires aurait mérité un hommage encore plus vibrant.

Les + :

- Une jolie refonte graphique
- Un prix doux (20€)
- L’extension Rise of Rome comprise
- Quelques améliorations au niveau du gameplay
- Une limite d’unités revue à la hausse

Les – :

- Un remaster pauvre en contenu
- Pas sur Steam
- La difficulté à rejoindre une partie en multi
- L’I.A. des unités, désastreuse

Conclusion

20 ans après sa sortie, Age of Empires s’offre un remaster pauvre en contenu mais qui a le mérite de brillamment remettre au goût du jour ce classique du RTS. Visuellement très réussi, ce remake séduira avant tout les joueurs nostalgiques qui ont passé des centaines d’heures sur le jeu. Outre les graphismes, Microsoft a profité de l’occasion pour apporter quelques retouches au gameplay. Toutefois, difficile de ne pas ressentir une impression de trop peu après plusieurs heures de jeu. Le contenu reste e effet relativement pauvre par rapport aux standards actuels, l’intelligence artificielle a très mal vieilli et l’absence de compatibilité avec Steam rend l’accès aux parties en multijoueur plus complexe que d’ordinaire.



14/20


Responsable des blogs Geeko et Belgium-iPhone. Retrouvez-moi sur twitter : @etiennefroment

Articles similaires

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>