Test – Fé : une aventure onirique pour le premier titre E.A. Originals

Par posté le 20 février 2018

Plongé dans une forêt en prise avec un mal destructeur, Fé nous propose une aventure onirique à travers des paysages plus beaux les uns que les autres où l’entre-aide entre espèces animales se fera grâce au chant. Immersion assurée.

fe_art

La section « jeux indé » du géant E.A – E.A Originals, signe pour sa première production un véritable petit bijou. Avec son esthétique particulière et son concept audacieux, Fé, du haut de ses deux petites lettres est un véritable plaisir à parcourir…

Mon beau sapin, roi des forêts

Après une jolie vidéo d’introduction, nous voilà plongé dans une forêt haute en couleurs. À la fois sombre et remplie de lumière, Fé ne dévoile que très lentement ses secrets. Il faudra se montrer patient et acharné pour comprendre ce qui se cache derrière la quête de notre cher avatar (un renard ?). Sauver le monde, certes, mais pourquoi ? C’est là que cela se complique, puisque l’essence narrative n’est pas simple à comprendre – et pour cause puisque le jeu ne contient aucun dialogue.

Seules des sortes de globes de souvenirs permettront d’en apprendre davantage sur le mal qui plane sur cet univers aussi magistral que mystérieux. Un mal caractérisé par des ennemis humanoïdes-robotiques-cafards qui tentent de capturer tous les êtres vivants de la forêt (enchantée).

Au final, même si Fé ne réinvente pas le jeu d’aventure, on se laisse facilement porter par ce petit être et la magie des lieux qu’on explore.

Que tout le monde chante

Fe_20180214183223

La magie de Fé repose tant sur son atmosphère que sur son concept de jeu. Au-delà de l’exploration, la progression se fera grâce à la communication avec les autres êtres tout aussi fantastiques que notre avatar. Particularité : aucune dialogue ne vient entrecouper les séquences de jeu. En effet, la communication entre les animaux de la forêt fantastique et les plantes se fera grâce aux chants de chacun. Notre petit renard devra apprendre le langage de chaque espèce pour espérer progresser.

La subtilité tient dans le fait qu’il faut arriver à jauger la fréquence du chant pour créer un lien avec les autres bestioles, digne des films Disney.

Le choix du chemin à emprunter se fera à l’aide de certains acolytes qui se proposeront de nous montrer la bonne direction ou d’un oiseau-indicateur, joignable à tout moment et qui se montre souvent très pratique.

Forcément, certains endroits resteront inexplorés, il faudra donc y repasser plus tard pour récupérer tous les cristaux disséminés un peu partout. Une récolte qui permet de débloquer de nouvelles compétences.

Fe_20180214175455

À force de progression, notre renard Fé s’enrichira de nouveaux chants et compétences qui nous pousseront à aller toujours plus loin dans l’aventure, histoire de savoir ce que renferme cet univers si particulier. Chaque niveau – si on peut les appeler comme ça – proposant un nouvel environnement, histoire de dynamiser encore un peu plus l’expérience et mettre en haleine le joueur.

Ennemis de la nature

fe-video-game-ea-robots

La tranquillité et pérennité de la forêt sont menacées par des créatures qui capturent les animaux. Caractérisés par leur absence de chant, ces bestioles rampantes auront le don de donner un peu de fil à retordre à notre cher renard. Une difficulté relative qui se traduira surtout par une partie de cache-cache.

Niveau progression, la précision des actions – notamment les sauts entre les plateformes – ne sera pas toujours en rendez-vous. De quoi nous faire tomber de très haut et nous faire regretter la mort de notre petit renard, histoire d’être ressuscité au bon endroit.

Des étoiles pleins les yeux et les oreilles

Fe_20180214160633

Le très grand point fort de Fé, c’est véritablement son univers riche en couleurs. La forêt s’éclaire de lumières fluorescentes qui contrastent avec les phases plus sombres, laissant une impression de magie, de divin à toute cette nature. Graphiquement, les décors et mêmes les personnages ont reçu un véritable travail artistique. L’univers est cohérent et, effectivement, très beau. On est facilement porté par la beauté et l’onirisme des décors.

Les personnages, les paysages et le choix de communication pour progresser sont une véritables ode à la nature et à la connexion entre les êtres au-delà de l’aspect de la parole. Les liens qui émergent entre les animaux vont bien au-delà de la reconnexion puisque notre renard s’enrichit de nouvelles compétences en aidant l’une ou l’autre espèce.

Celles-ci possèdent d’ailleurs chacune leur propre chant, ce qui place le son évidemment au centre de l’aventure. La fréquence de ceux-ci est d’autant plus importante que les connexions ne pourront se faire que grâce à un chant bas avec les êtres vivants, et plus élevé pour les choses inertes. Au-delà des chants, la bande-son se montre minimaliste ce qui ne fait que servir l’aspect enchanteur de Fé.

Les + :

- La beauté des décors et bestioles
- Le concept, original
- L’aventure solo est maîtrisée
- Le jeu est apaisant
- Les environnements et les animaux sont de belles découvertes

Les – :

- Les niveaux sont assez répétitifs
- Les bugs, bien présents
- Le scénario est difficile à cerner

Conclusion

Premier titre de la gamme E.A. Originals, Fé s’impose comme un excellent jeu d’aventure dans un univers visuellement époustouflant, qui ose faire preuve d’originalité tant au niveau de son concept que de son design. Excellent titre indé du studio suédois Zoink Games, le jeu ne souffre que de défauts mineurs liés à son gameplay par nature répétitif, et son scénario, par nature mystérieux.



15/20


Pigiste chez Geeko et Belgium-iPhone.
Twitter : @JennMrtns

Articles similaires

Un commentaire

  1. Carman

    21 février 2018 at 12 h 47 min

    Un scénario mystérieux est pour moi à mettre dans le + et pas les -

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>