Ford voudrait vraisemblablement rejoindre les forces de l’ordre en leur proposant un véhicule autonome capable bien sûr de rouler seule, mais également de verbaliser les quidams en infraction.

Crédit photo : Pxhere
Crédit photo : Pxhere

C’est en tous cas ce que permet sur le papier un tel véhicule, puisqu’il ne s’agit pour l’instant que d’un brevet qui a été déposé par le constructeur automobile en juillet 2016. Ce document décrit une voiture autonome équipée de capteurs et de caméras capables de détecter des infractions basiques telles qu’un excès de vitesse ou une autre violation du code de la route. Elle pourrait filmer et identifier les véhicules et communiquer avec l’ordinateur de bord pour obtenir les informations nécessaires et déterminer s’il y a lieu d’établir un PV ou non. En effet, il faudra déterminer si le véhicule en infraction est en mode autonome ou manuel, car cette voiture de police autonome est avant tout destinée à verbaliser d’autres voitures autonomes.

Ford désire également développer une intelligence artificielle en mesure d’analyser le trafic et les habitudes des conducteurs afin de repérer les tranches horaires et de déterminer les meilleurs endroits où se positionner pour coincer plus facilement les personnes qui ne respectent pas le code de la route.

Puisqu’une communication entre voitures connectées est nécessaire, il y a fort à parier qu’il faudra encore attendre un bon moment (le temps que la majorité des véhicules soient équipés d’ordinateurs de bord connectés) pour voir apparaître ce type de voiture de police. D’autant que l’on ne sait pas si Ford concrétisera son brevet, même s’il est susceptible d’attirer les forces de l’ordre qui pourraient conserver leurs patrouilles humaines pour des infractions plus importantes.