C’est ce qu’indique le dernier bilan annuel du réseau social.

Crédit photo : AFP.
Crédit photo : AFP.

Lutter contre la prolifération de faux comptes n’est pas chose aisée pour un réseau social, à fortiori quand celui-ci compte 2.13 milliards d’utilisateurs actifs par mois. Dans son dernier bilan annuel paru ce mois-ci, Facebook annonce qu’environ 10 % des comptes ouverts sur la plateforme sont des comptes dupliqués, c’est-à-dire qui sont ouverts par un utilisateur en plus d’un compte principal déjà existant. 3 à 4 % des comptes seraient tout simplement des faux, destinés à des fins malhonnêtes comme du spamming.

Au total, cela ferait donc plus de 200 millions de comptes qui seraient en marge de la politique d’utilisation du réseau social. Facebook a repéré cette recrudescence de faux comptes principalement dans des pays asiatiques et cite l’Inde, l’Indonésie et les Philippines. Le rapport annuel rappel également qu’il est très compliqué d’évaluer avec justesse le nombre de faux comptes, parce que plusieurs éléments sont difficiles à juger : est-ce que l’utilisateur a créé un autre compte ressemblant au sien pour différencier un compte privé d’un compte utilisé en entreprise ? Comment s’assurer qu’un compte avec un nom douteux est effectivement malhonnête ?

S’il fallait qu’un humain suive de près l’activité de chaque compte « suspect », la perte de temps et d’argent pour le plus gros réseau social du monde serait trop importante. Malgré plus de 25.000 employés à l’heure actuelle, ce sont donc des algorithmes qui, en premier, tentent de repérer les abus en classant les comptes selon des critères prédéfinis.