Un forfait mobile totalement gratuit, un rêve ? Plus aujourd’hui puisqu’un opérateur français vient de se lancer dans ce pari fou, mais non sans contraintes pour le consommateur…

ecran_appli

Toute réduction est bonne à prendre. Alors pourquoi ne pas envisager d’économiser sur son forfait mobile ? Grâce à une nouvelle application, il est possible de communiquer (appel/SMS/surf) entièrement gratuitement. Cette application, Blu, est avant tout un nouveau genre de forfait mobile totalement gratuit. La seule contrainte est d’avoir assez « d’éclairs » pour téléphoner, converser par SMS ou surfer sur le Web. Et c’est ce sur quoi repose tout le concept de l’application.

En effet, Blu repose exclusivement sur la publicité pour proposer à ses clients un « forfait 100% gratuit ». Mais comment cela se passe-t-il exactement ? Après avoir commandé leur nouvelle carte SIM, les utilisateurs devront télécharger l’application sur leur smartphone – disponible uniquement sous Android pour le moment. Ensuite, il suffira de regarder des publicités, installer certaines applications, répondre à des questionnaires ou jouer à des mini-jeux afin de gagner des « « éclairs », une sorte de monnaie virtuelle. Le tout dans un cadre très enfantin. L’utilisateur pourra alors convertir cette monnaie en SMS, appels téléphoniques ou surfer sur Internet.

Il est également possible de débloquer des forfaits plus importants en mobilisant un peu plus de son temps. Pour 5 heures de communications, des SMS illimités et 2 Go de surf (valable 30 jours), il faudra répondre à 3 questionnaires de 15 minutes chacun, parrainer deux amis et tester 4 autres applications. D’après les estimations de l’équipe de Blu, un client passerait entre une heure et une heure et demie en moyenne pour réaliser les différentes actions.

Un concept intéressant qui repose tout de même sur un sujet parfois sensible : la publicité. Toujours plus présente, elle devient une véritable pollution visuelle intrusive. Le PDG de Blu, David Charles s’est défendu sur ce point lors d’un entretien avec le journal Le Monde : « de toute façon, la réalité, c’est que les jeunes sont déjà habitués à regarder de la publicité pour accéder à des contenus ». Les jeunes sont bien évidemment la cible première de ce nouveau genre de forfait. « Là, au lieu de jouer à Candy Crush dans les transports, ils n’auront qu’à jouer à son équivalent sur Blu. Nous ne faisons que monétiser des usages qui existent déjà. » conclut-il.