L’université du Michigan a publié une étude démontrant que les adolescents qui passent trop de temps sur leur smartphone sont moins heureux que les autres.

Crédit photo: AFP
Crédit photo: AFP

Les chercheurs ont réalisé cette étude en observant plus d’un million de collégiens et lycéens entre 1991 et 2016. La première constatation est que dans les années 90 et au début des années 2000, de nombreux indicateurs montraient que les niveaux de satisfaction et d’estime de soi des adolescents américains étaient très élevés. La seconde est qu’à partir de 2012, ces indicateurs ont commencé à chuter et ce, de plus en plus chaque année. 2012 correspondant avec une certaine démocratisation du smartphone aux Etats-Unis (plus de 50% des Américains en possédaient alors un), la corrélation a été faite.

Au fil de leur étude, les chercheurs ont constaté que le temps passé à jouer à des jeux vidéo, naviguer sur le web, utiliser les services de messagerie ou encore participer aux réseaux sociaux présents sur les smartphones, est inversement proportionnel au bonheur de ces adolescents.

Les filles et les garçons qui utilisaient le moins leur téléphone avaient plus d’estime d’eux-mêmes et étaient globalement plus satisfaits de leur vie. À l’inverse, les adolescents les plus malheureux passaient plus de 40 heures par semaine devant l’écran de leur smartphone.

L’étude, intitulée “Diminution du bien-être psychologique parmi les adolescents américains après 2012 et liens au temps passé devant les écrans pendant la montée en puissance de la technologie des smartphones” est accessible via ce lien.