Après Apple, c’est au tour de Samsung d’être sur la sellette suite à plusieurs plaintes de consommateurs.

Crédit photo: AFP
Crédit photo: AFP

L’autorité garante de la concurrence en Italie (AGCM) soupçonne Samsung d’avoir mis en place “une politique commerciale générale visant à exploiter les carences de certains composants pour réduire dans le temps les prestations de leurs produits afin d’inciter les consommateurs à acheter de nouvelles versions.” L’enquête mise en place vise aussi les mises à jour qui sont proposées aux clients “sans signaler les conséquences possibles de ces mises à jours ni fournir suffisamment d’informations sur la manière de maintenir un niveau adéquat de prestation des dispositifs”, ce qui est en violation de plusieurs articles du code du commerce, selon l’AGCM.

Concernant le bridage de l’iPhone, Apple avait reconnu ses torts, changeant même sa politique de remplacement des batteries. Samsung, de son côté, rejette les accusations. “Samsung ne fournit pas les mises à jour logicielles pour réduire les performances du produit au cours du cycle de vie de l’appareil. Nous coopérerons pleinement avec l’Autorité italienne des marchés et de la concurrence dans le cadre de son enquête en Italie afin de clarifier les faits”, souligne le géant coréen. Affaire à suivre, donc…