Suspectée d’avoir provoqué 37 grossesses non-désirées, l’application Natural Cycles est aujourd’hui sous le feu des projecteurs.

Natural Cycles

Approuvée comme méthode contraceptive par les autorités médicales suédoises, l’application est aujourd’hui suspectée d’avoir provoqué 37 grossesses non désirées. Un hôpital de Stockholm a en effet signalé aux autorités 37 demandes d’avortement depuis le mois de septembre 2017, émanant de personnes ayant utilisé l’application.

Lancée en 2014 par une chercheuse suédoise officiant dans le domaine de la physique des particules, Natural Cycles demande aux utilisatrices d’entrer chaque matin leur température corporelle dans l’interface – laquelle était calculée avec un thermomètre qui était lui-même commercialisé par la startup. A l’aide d’un algorithme et d’un calcul de leurs cycles menstruels, l’application envoie un code couleur : rouge pour les jours à haut risque et vert lorsqu’il n’y a pas de risque de grossesse.

L’application a pas moins de 700.000 utilisatrices dans le monde. Comme toutes les méthodes de contraception dites naturelles, celle-ci, qui se base sur la température corporelle, réduit le risque de grossesse non désirée sans être efficace à 100% en matière de contraception. Natural Cycles revendique d’ailleurs une efficacité de 99 % dans de bonnes conditions. Son utilisation est déconseillée aux jeunes femmes de moins de 18 ans.

On notera par ailleurs que de nombreuses autres applications similaires ont déjà été fortement critiquées par les institutions. Car si le calcul s’avère correct dans la majorité des cas, il ne s’agit pas à proprement parler d’une science exacte et le facteur risque reste important. La majorité des utilisateurs donnant une confiance absolue à ce type d’application, les grossesses-surprises ne sont plus des cas isolés. Plus que jamais, les spécialistes appellent donc à la prudence…